"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Posts Tagged ‘Lucifer

Ex Catho-logique ( 5 )

with 5 comments

Les moutons paisibles paissaient et croissaient sans crainte sur le plancher de la piaule de cette peau de vache de Battesti. Son visage, griffé de rides et ignoré du rasoir comme son parquet du balai, restait digne, alors que se poursuivait la perquisition policière. Imperturbable, son regard vit la planque de Saint Malachie débusquée, sous les moutons, sous le plancher réduit en copeaux. Puis on conduisit cette lie de paradis dans les locaux du SAS, au grand renfort d’un tapage de sirènes célestes accompagné d’auréoles clignotant blanc-bleu. Superflu mais très joli. Il fallait bien que l’on marquât le coup ! rendez-vous compte : une arrestation au paradis ! Ça ne s’était pas vu depuis des temps immémoriaux, depuis le grand clash, depuis le grand schisme, la grande révolte… depuis l’expulsion de l’ange déchu, Lucifer.

S’il exhalait de Battesti une forte odeur de gibier de purgatoire, en revanche on aurait donné à Saint Malachie un blanc-seing pour la Maison Blanche, tant était patente sa licence de sainteté. Il était effectivement en possession d’un petit papier de Dieu tout à fait conforme : Date et motif du décès, résumé succinct des actes de sa vie terrestre et de sa canonisation dans les règles de l’art. Plus un certificat de non-pécheur toutes saisons, tamponné en bonne et due forme. Et une carte de membre du club des « Saints à Bicyclette ». Incongrue, certes, mais chacun est libre de combler son éternité comme il l’entend. Battesti, lui, n’avait pas ses papiers. Arguant les avoir égarés lors d’un déménagement, il appuya ses dires d’une version slam d’«  Hécatombe » de Georges Brassens. Puis il enchaina sur «  l’Internationale », après quoi il réclama, à grands cris, une guitare électrique. Ce qui lui fut refusé. Alors il se se vengea en massacrant, à capela, «  Highway to Hell » et les oreilles de l’assemblée ! Finalement, jetant tout azimut une bordée de malédictions corses, il se mura dans un silence de cathédrale et nul ne put lui arracher une once de parole censée.

Malachie n’avait pas grand chose à cacher et ne nia d’ailleurs pas être l’auteur de la prophétie dite «  des Papes », en revanche il affirma avec véhémence son innocence quant à l’envoi du télégramme fatidique, celui par qui toute cette histoire avait commencé ( vous feriez bien de la relire soit dit en passant. Nda). Il certifia avoir écrit la prophétie sous l’emprise d’un alcool de trèfle assez redoutable et s’en être repenti à maintes reprises depuis, que la sainte aspirine en soit louée ! Il avoua une certaine addiction au jus de pomme. Il déclara avoir rencontré Battesti à un festival polyphonique, sa passion secrète avec la bicyclette et la taxidermie, bien qu’il eut dû renoncer à cette dernière en raison d’une carence quasi totale de cadavres au paradis.

Gabriel rapporta aussitôt ce témoignage à Dieu qui prit un dix-millionième de microseconde pour vérifier dans son infinie mémoire des actes des hommes si tout ceci était exact. Et cela l’était. Dieu se dit ensuite qu’Il aurait mieux fait de commencer par là plutôt que de laisser monter la mayonnaise puis se ravisa en se souvenant qu’Il était par essence infaillible. Par contre, malgré deux bonnes secondes de plus sur le sujet, Il ne parvint pas à identifier la source du problème, à savoir  l’expéditeur du télégramme. Merde alors ! Qu’est-ce qui pouvait bien échapper à son divin contrôle ?

Tendu comme un Kennedy sous la menace de missiles cubains, Dieu souffla à Hubert :

«  Passez-moi le téléphone Rouge ».

Publicités

Written by saiphilippe

7 mars 2013 at 11 h 04 min