"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

La gauche à travers les âges ( II )

with 13 comments

La Terre se couvrait de champs de blé blond, d’exploitations agricoles prospères. De vastes troupeaux paissaient en paix dans les plaines fertiles tandis que les hommes binaient, labouraient, piquaient ,replantaient, récoltaient, les pieds dans la bouse la tête sous la pluie, harassés sous le joug du labeur quotidien. Il ne se passait pas une heure sans que fut maudit le sort qui les frappait et nul ne se doutait que cet enfer était né de la bonne intention de Ledru-Rollin. Sans quoi, naturellement, ils auraient maudit Ledru-Rollin plutôt que le sort.

Là-haut, sur une colline où il faisait toujours beau, vingt degrés brise légère, contemplant serein le panorama de sa ribambelle d’ouvriers voutés sous l’effort, un homme se dressait. Un air satisfait barbouillait sa gueule de bellâtre doucement ombragée par les feuilles de palmier oscillant au rythme du mol mouvement qu’un bras laborieux imprimait. L’homme dressé s’appelait J.R Ewing, dit aussi : Le Patron. Au bout du bras laborieux un bonhomme qui répondait au nom d’Agiteur. D’aucuns objecteront que ce n’est pas un vrai nom et certes ils auront raison, mais est-ce ma faute à moi si personne n’avait jugé bon de lui en donner un ? Alors voilà, il avait reçu le nom de sa fonction : Agiteur. Et son nom de famille était Defeuilledepalmier, si vous voulez tout savoir.

Le sort d’Agiteur était nettement plus enviable que celui de ses petits camarades collés à la merde de cette putain de plaine fertile pas loin de 16 heures par jour alors que lui n’agitait ses palmes pour le Patron que lorsque celui-ci daignait montrer le bout de son groin en haut de sa colline. Et c’était vraiment pas souvent car il passait le plus clair de son temps entre les cuisses somptueuses de ses maitresses aux fragrances suaves pour ne pas dire carrément perverses. Alors Agiteur pour tuer l’ennui se branlait copieusement à ne plus éjaculer que de la sciure. Et tandis que la peau de son sexe effritée en copeaux ardents refroidissait il lui arrivait de réfléchir.

Intermède sociologique : l’homme réfléchit mieux les couilles vides. Regrettons que nombre de ces réflexions portassent sur la manière d’arriver au plus vite à la prochaine vidange de couilles.

Ainsi Agiteur inventa le melon chaud masturbatoire, la trogondule bigarrée (une position malheureusement tombée dans l’oubli) puis, à la recherche de sensations nouvelles, la cactussade, un genre de branlette entre deux cactus. C’est ce jour-là d’ailleurs qu’il décida d’étendre son champ d’études au delà de son gland et qu’il en vint à s’interroger sur sa condition sociale.

Or voici : Finalement , il n’était qu’un esclave comme les autres bouseux de la plaine. Certes il sentait la rose et ses mains étaient propres et vierges de durillons, ses pieds délicats et son dos bien droit. Sa face respirait la santé et son caca s’enroulait harmonieusement à la sortie du rectum. Mais il n’était qu’un esclave. Certes J.R Ewing le nourrissait des mets les plus savoureux, ceux qui tombaient de la table, et le laissait baiser ses femmes, les plus tout à fait aussi vierges, les plus tout à fait aussi belles, celles dont il ne voulait plus. Mais il n’était qu’un esclave et ces honneurs des restes !

Il resta prostré longtemps en regrettant les branlettes insouciantes d’antan. Puis il s’endormit. Il fit un rêve ou la terre serait ronde la lune féconde, ou le contraire, puis il s’envola, évolua dans le ciel radieux d’un futur luminescent… le rêve, l’évolution…?…!!!!

– REVOLUTION ! Hurla t-il en s’arrachant aux bras de Morphée, la dernière petite salope que J.R avait jeté sur sa couche après usage, et, se levant d’un pas résolu, armé de ce simple mot, il s’engagea sur le sentier tortueux qui menait à la plaine.

Publicités

Written by saiphilippe

18 décembre 2011 à 13 h 22 min

Publié dans Divertissement, Humour

Tagged with ,

13 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. c’est un Live révolu à montreux, pas révolu à Sion…
    tu t’es trompé de festival 😉

    sinon, quel festival de mots
    pour annoncer « aux armes, Citoyens (s’il en reste…) !
    si tu continues, on vas passer l’arme… à gauche…

    @+

    LOOFY

    18 décembre 2011 at 13 h 29 min

  2. Morphée est du genre masculin … ce qui ne l’empêche peut-être pas d’être une petite salope , mais bon , la science c’est comme la confiture : moins t’en as , plus t’étales , et on m’a informé un jour que Morphée était un mâle .. donc …
    Tes personnages ont toujours de sérieux soucis de bourses et/ou de bijoux de famille … va falloir qu’on te trouve ton équivalent femelle un de ces jours ….
    J.R. ? et pourquoi pas P.R. ? y as-tu songé ?
    Je te livre là mes petites réflexions en vrac , tu fais le tri 🙂
    J’aime bien cette nouvelle épopée 🙂

    jojo

    18 décembre 2011 at 15 h 35 min

    • C’est une fiction et dans ma fiction Morphée c’est une fille. Et en plus c’est un rôle secondaire alors…

      D’autre part je n’ai pas d’équivalent.

      saiphilippe

      18 décembre 2011 at 17 h 26 min

      • Ptdrrrrrrrrrrrr ..il a réponse à tout ! arffffffffffffffffff

        NiNne

        18 décembre 2011 at 17 h 30 min

  3. Je suis très touchée par le sort de Agiteur !!! pauvre homme ! qui ne se contente que des restes jetés par son patron ..des femmes defraichies ? parce que plus vierges ? ou ayant trop servi ? mdrrrrrr …et le voilà lançé dans une révolution aprés une expérience homo tout droit sorti des bras de ce brave Morphée !!! comme quoi finalement, le masculin ne sera toujours qu’à l »origine des grandes décisions et la femme bonne à écarter les jambes …
    Mais là où je me pose des questions mon Philou, c’est que tu es toujours trés bon dans tes écrits et cette phrase de toi me laisse dubitative ; » »Intermède sociologique : l’homme réfléchit mieux les couilles vides. » »

    Peut être une explication à ton génie ????? 😉

    NiNne

    18 décembre 2011 at 17 h 29 min

  4. Il était une fois un vieux zinc tout bricolé ou encore un oiseau de grande ponctualité ; c’est aussi une façon de se héler. Réponse : coucou,

    Un ‘branle’ est un hamac et (de combat) est l’agitation vive au cours de laquelle se prépare une opération (souvent dans l’urgence et le désordre), en effet hic et nunc sont dans un bateau, le hic reste la principale difficulté de l’affaire, le nunc est dépassé, Roi il fut. Du même nom que fut son tombeau. Et pourtant ses flots sereins nous assaillent Réponse : Egée

    Plan
    De l’intérêt de désirer la mort de l’utopie
    L’« Hic et nunc » et ses critiques
    Atopie des pensées, atopie du corps – utopie de l’être humain
    Topologie de l’humanité ; des lieux « par » lesquels habiter le monde.
    D’orgue, il n’est pas forcement musical ! Réponse : point

    Qu’un outil branle dans le manche.et le peu-ceu-deu-feu branle l’outil, « Pendant que le comte-duc peut tout encore, et que tu possèdes ses bonnes grâces, profite du temps, hâte-toi de t’enrichir ; car ce ministre, à ce qu’on m’a dit, branle dans le manche. » Alain René Lesage – Gil Blas, Je change de couleur au fur et a mesure des saisons, et finis par tomber. Réponse : feuille Defeuilledepalmier, Résolution de velours, de l’hubris du désir. Catastrophe. Ainsi, « L’élément tragique pour l’homme moderne, ce n’est pas qu’il ignore le sens de sa vie, c’est que cela le dérange de moins en moins. » Václav et ba pla : va plan la nostos !

    Cantique des cantiques, de Salomon.

    Qu’il me baise des baisers de sa bouche!

    Car ton amour vaut mieux que le vin,

    Tes parfums ont une odeur suave;

    Ton nom est un parfum qui se répand;

    C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.

    Entraîne-moi après toi !

    Nous courrons !

    Révolution.

    Rouge on me suit Réponse : Fil. (merci de te lire, une bonne soirée à tous)

    klima47

    18 décembre 2011 at 19 h 35 min

  5. Je le lis à l’apéro, je vais le relire au dessert !
    Tu ne nous gâtes pas Phiphi : tu nous pourris de plaisir avec tes personnages granguignolesques,ou branquignolesques, ou, ou, ou…
    Me voilà à attendre la suite !
    Bise !

    Dom Dom

    19 décembre 2011 at 19 h 03 min

  6. salut ! ta complainte sociologique me semble digne de l’ENA…
    @+

    necjugiter

    20 décembre 2011 at 8 h 23 min

  7. dis donc , ton agitateur…..ce ne serait pas tout simplement un épouvantail ????
    en tous cas , en parallèle de  » la gauche à travers les âges , on se régale de connaître les bonnes branlettes tombées en désuétude » ….dommage que ton agitateur ne soit pas plutôt agitatrice…..en même temps , se branler entre deux cactus ….fallait un homme pour y penser !

    mimi pinson

    28 décembre 2011 at 15 h 34 min

  8. C’est l’annonce du retour de Dallas qui t’inspire autant? Quant à « l’homme réfléchit mieux les couilles vides », permet-moi mon cher, de douter quand sur la N6 direction Paris sous me yeux stupéfaits un homme à peine sorti d’une pute s’est mis à zigzaguer et à ralentir devant moi. Si ce n’était pas mon self contrôle, à l’heure où je t’écris je n’y serais plus. Putz!

    Caiçara

    1 janvier 2012 at 13 h 52 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :