"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Itinéraire hebdomadaire d’une maladie mentale.

with 8 comments

L’époque est formidable, le monde est merveilleux et chaque soir qui passe sous l’horizon radieux me mène aux douces incertitudes de la nuit : Serai-je encore là demain ? Quand sortira donc la saison 5 de « the big bang théory » ? Devrai-je me convertir à l’islam malgré une pilosité qui frise le ridicule à force d’inexistence, mais merci Petit Jésus j’ai la peau douce ? Et puis la Terre dans sa course folle achève sa demie révolution diurne et reparait l’astre du jour dardant ses haillons d’argent ou quelque chose comme ça , comme dit l’autre, sur l’aube nouvelle d’un autre temps barbare. Je me lève en ne bousculant personne, comme d’habitude.

Les journaux flambent, les bourses aussi. Les miennes sont à l’abri dans un slip Leclerc. Le magasin pas le blindé éponyme. Je petit-déjeune d’un café lacté et d’une bonne portion de Soumaintrain qui d’ici cinq à dix ans me bouchera les artères pendant que la Grèce continue de fondre sans profit pour vos cuisses adipeuses, mesdames. Une fois dehors le brouillard m’écharpe parce que les haillons d’argent du soleil dijonnais souvent peinent à darder. Ou quelque chose comme ça.  J’ai une pensée fugace pour ma ville natale noyée de soleil alors qu’ici je me gèle les couilles dans un slip Leclerc. Aucun islamiste n’ayant jugé bon d’incendier ma voiture je me rends au boulot au milieu des travaux d’un tramway nommé Divia à défaut de désir. Une fantaisie de la coterie socialiste autochtone. C’est un mauvais procès, je sais, alors que par ailleurs je vote à gauche. Mais de la main gauche pour avoir l’impression que c’est un autre qui vote. Il y a tout un tas de trucs qui peuvent se faire de la main gauche mais passons.

Rendu guilleret par les embouteillages, moi qui hait le pinard, j’arrive enfin devant le gymnase. En général une heure, une heure et demie à l’avance. Je prévois toujours large, très large, très très large question temps. Pour un ensemble de raisons, toutes pathologiques, il me faut être le premier. Alors je puis m’approprier les lieux en mon Nom comme Colomb le fit du Nouveau Monde en celui de l’Espagne. Ainsi, tous ceux qui arrivent après moi sont techniquement chez moi. C’est une règle qui reste valable même lorsque je me rends chez un ami. Certes, en général et s’il a deux doigts de jugeote il prend soin d’être là avant, mais il ne compte pas vraiment dans le calcul de la propriété. Sachez-le avant que de m’inviter inconsidérément. Dire que je dois répéter ce manège tous les jours ! car mes possessions sont régulièrement pollués par d’autres quand je n’y suis pas. Comme j’aimerais avoir le don d’ubiquité ! Ou un bon jeu de caméras et de gardes assermentés.

Les mômes d’ici sont comme les vôtres, les mêmes soupirs, les mêmes rires, les mêmes larmes, les mêmes alarmes, comme dit l’autre. Ils sont surtout pour moi l’espoir d’être meilleurs que leurs parents. Malheureusement ils n’en sont trop souvent que la projection. Alors je me rabats sur mes nièces qui portent une partie de mon patrimoine génétique. C’est une projection également dites-vous ? Certes, mais d’une part je vous emmerde et, d’autre part, si vous n’avez pas encore compris à cette ligne que je suis infiniment meilleur que vous, que plus mes gènes se répandront mieux la Terre s’en portera, je vous serai gré de déguerpir car vous êtes ici, comme ailleurs, chez moi.

C’est pathologique vous disais-je !

Publicités

Written by saiphilippe

4 novembre 2011 à 11 h 10 min

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Moi aussi j’aime bien arriver en avance, ou la première, je vais m’interroger sur mes raisons subconscientes, seraient elles les mêmes?….

    Preummmmmmsssssssss

    kairosf

    4 novembre 2011 at 12 h 57 min

  2. La vie trépignante d’un illustre inconnu
    L’avis très prégnant d’un Phil Reguillon

    Mais que fais-tu donc des catho-islamistes gauchers ?
    😉

    loofy

    4 novembre 2011 at 14 h 08 min

  3. Mes cuisses n’y sont pour rien dans la décrépitude de la Grèce. Oh! Niçois qui mal y pense.
    Bises

    caiçara

    4 novembre 2011 at 17 h 25 min

  4. Alexandrie, Alex en drain (il s‘agit habituellement d‘un tuyau plastique perforé, enveloppé d’un géotextile retenant le sable (l‘heure) et les parties « fines » de terrains), sauf-conduit d’un ouvrage ou l’eau s’écoulant dans le sol et sous l’effet des forces de gravité, vous propose ce soir, sous la conduite de William Faulkner, le tube, la tubulure, le collecteur, le manche, le tuyau, le conduit, la tuyère, un siphon, la canule hi, qui des croûtes gypseuses blanches accompagne et signe d’ordinaire une diminution notoire de pH par un phénomène de carbonisation, ce qui cause la corrosion des fers du béton armé ! Le tout au pied des fondations :

    « Quand l’ombre de la croisée apparaissait sur les rideaux, il était entre sept heures et huit heures du matin. Je me retrouvais alors dans le temps, et j’entendais la montre. C’était la montre de grand-père et, en me la donnant, mon père m’avait dit : Quentin, je te donne le mausolée de tout espoir et de tout désir. Il est plus que douloureusement probable que tu l’emploieras pour obtenir le reducto absurdum de toute expérience humaine, et tes besoins ne s’en trouveront pas plus satisfaits que ne le furent les siens ou ceux de son père. Je te le donne, non pour que tu te rappelles le temps, mais pour que tu puisses l’oublier parfois pour un instant, pour éviter que tu ne t’essouffles en essayant de le conquérir. Parce que, dit-il, les batailles ne se gagnent jamais. On ne les livre même pas. Le champs de bataille ne fait que révéler à l’homme sa folie et son désespoir, et la victoire n’est jamais que l’illusion des philosophes et des sots.

    Elle était appuyée contre la boîte à faux-cols. Couché, je l’écoutais. Je l’entendais plutôt. Je ne crois pas que personne écoute jamais délibérément une montre ou une pendule. Ce n’est pas nécessaire. On peut en oublier le bruit pendant très longtemps et il ne faut qu’une seconde pour que le tic-tac reproduise intégralement dans votre esprit le long decrescendo de temps que vous n’avez pas entendu. Comme disait papa, dans la solitude des grands rayons lumineux on pourrait voir Jésus marcher, pour ainsi dire. Et le bon Saint François qui disait Ma Petite Sœur la Mort, lui qui n’avait jamais eu de soeur.

    Je me suis levé, je suis allé à la commode et, glissant ma main sur le dessus, j’ai touché la montre et l’ai mise à l’envers. Puis je suis allé me recoucher. Mais l’ombre de la croisée était toujours là, et j’avais appris à l’interpréter à une minute près. Il faudrait donc lui tourner le dos et, si elle était à l’endroit, sentir alors une démangeaison dans ces yeux que les animaux autrefois avaient sur la face postérieure de la tête. C’est toujours les habitudes d’oisiveté acquises que l’on regrette. C’est mon père qui a dit cela. Et aussi le Christ n’a pas été crucifié : il a été rongé par un menu tic-tac de petites roues. Lui qui avait pas de soeur. »

    Merci de te lire Philippe, mes compliments pour l’ensemble de ton travail et pour la générosité qui l’accompagne.

    klima47

    4 novembre 2011 at 22 h 58 min

  5. si tes tocs s’arrêtent au fait de toujours vouloir être le premier , tu n’es pas trop gravement atteint …
    par contre si tu tiens tant à prolonger ta lignée , au lieu de te défausser sur tes frères ( vu que tes soeurs ne donnent pas de petits « rég' ») , il serait peut -être temps que tu te trouves une femme digne de ton énorme cerveau ( si si , ça existe aussi chez les filles !) et que tu lui fasses un petit mec … parce que malgré toute la tendresse que tu portes à tes charmants nièces … à priori , elles doivent porter le nom de leurs pères , non ?
    ceci dit ; excellent billet .. et je vais maintenant lire le très long com de Klima …

    jojo

    5 novembre 2011 at 10 h 04 min

  6. t’as t-on déjà dit que les gênes se morfondent au fond du slip Leclerc ? non point qu’ils eussent préférés du Carrefour ou Netto ; non , mais les gênes élevés en plein air sont tout de même plus heureux et s’expriment librement !
    excellent texte bien sûr !

    mimi pinson

    14 novembre 2011 at 7 h 20 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :