"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

La coupe est pleine

with 13 comments

Une brume hivernale suinte sur Dijon blafarde, engluée d’embouteillages, percée de mille trous de voirie pour un tram à la mode. C’est encore un de ces jours d’hiver dont la région est friande. Un jour à la con. J’erre dans le bureau souterrain du palais des sports où il n’y a aucun ciel de faïence, pas de correspondances. Pas de lilas. Pas de billets. Mais des coupes, par centaines, endormies dans la chaleur ouatée d’un tapis de poussière.

Certaines sont là depuis plus de cinquante années dans une armoire du même age. Lourdes et patinées elles arborent le reflet vert du bronze et l’oxyde noir des vieilles cuiller d’argent. Elles trônent là, sur l’étagère, en rangs serrés. Immobiles. Certaines portent un nom gravé qui ne veut plus rien dire. A peine plus qu’une balafre, patronyme anonyme d’une page blanche d’annuaire. Un nom inconnu sur du marbre bon marché.

Ce n’est plus une étagère, c’est une allée de cimetière. Dans l’une des coupes un bout de papier jaune, une licence hors d’age d’un homme né en 1912. 1912 également pour cette photo de gamins moustachus en tenue de sport prise à Tunis au joyeux temps des Colonies. Ils sont là, sérieux en rangs serrés, encadrés des deux cotés par deux hommes en redingote et melon aux mines sérieuses. Plus que deux ans avant de crever dans les tranchées. En rangs serrés également.

Et partout autour de la planète des centaines de flashes crépitent pour fixer des souvenirs fugaces, des vaines glorioles, des amours mortes à peine ébauchés, des paysages, des fleurs, des gens, rien en définitive, les fixer un temps avant que ne s’en empare l’oubli. Et partout les hommes courent et gagnent, sautent et palpitent, frétillent de la joie imbécile de la vanité satisfaite. Gravent leur nom insignifiant sur leurs propre tombe en souriant à la postérité. Croient-ils.

Mais en vérité il arrive toujours le moment ou l’oubli gagne.

Publicités

Written by saiphilippe

30 janvier 2011 à 10 h 09 min

Publié dans Chronique, Série Noire

Tagged with , , ,

13 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. et oui c’est dans l’ordre des choses, de ne laisser qu’une trace infime…
    j’aime bien imaginer ces coupes comme des urnes funéraires

    (et toujours en filigrane, jamais très loin, la guerre 🙂

    Muriele

    30 janvier 2011 at 10 h 18 min

  2. Très très beau texte… Je ne vois rien d’autre à dire ou alors j’ai déjà oublié…Possible…

    Pascal le Magnifique

    30 janvier 2011 at 10 h 20 min

  3. houlalala !! humeur morose Phil ?? mais qu’est ce que tu fous dans un souterrain toi aussi ? 😦
    joli texte du  » temps passé  »
    bisous à toi bon dimanche 🙂

    odha

    30 janvier 2011 at 10 h 59 min

  4. On commémore quelle triste fête aujourd’hui Philippe ???
    où est-ce un éclair de réalisme subit, de ce qu’est en fait la vie : un simple frémissement d’air dans rien.
    Tiens, je vais faire un tour à la messe, là au moins on vit pour l’éternité ! 😆

    Dom Dom

    30 janvier 2011 at 11 h 01 min

    • Un tour au bistrot pour moi… je préfère !

      jean baptiste lucchini

      31 janvier 2011 at 13 h 32 min

  5. il y a l’oubli qui permet d’avancer et l’oubli qui creuse ta tombe … alors pour ceux qui y sont déjà , dans la tombe … c’est moins grave …

    mamijodekymael

    30 janvier 2011 at 17 h 30 min

  6. Tu râles! Mais dans quelque temps on pourra faire des compétitions de tramways. Imagines:  » Ce soir, à 20h30, finale du championnat de France de tram entre Dijon et Nantes au Stade de France… ». Ca aura quand plus de gueule que le Paris-Dakar!

  7. Magnifico!

    caicara1855

    31 janvier 2011 at 8 h 38 min

  8. superbe écriture, merci
    plus belle encore la réflexion
    qui nous rappelle que nous sommes tous
    d’illustres inconnus appelés à disparaître

    qui se rappelle su premier homme et de la première femme, pourtant créateur de l’Humanité… à la rigueur certains se rappellent de leur prénom… mais leur nom de famille…? impossible de se rappeler…

    comment connaître notre propre nom si on ne se rappelle même pas de celui de nos pères…?!

    😉
    @+

    LOOFY

    31 janvier 2011 at 11 h 11 min

  9. Un seul homme et une seule femme au début de l’humanité ? vous rendez vous compte du handicap constitué pour l’espèce de la pauvreté génétique ?

    jean baptiste lucchini

    31 janvier 2011 at 13 h 31 min

    • bien sûr que non, s’ils étaient francs-comtois…
      sinon, ce serait certainement l’explication du manque d’évolution caractérisé de l’espèce humaine…

      signé : un franc-comtois
      😉

      LOOFY

      31 janvier 2011 at 15 h 51 min

    • en fait le patrimoine génétique humain dispose d’une base extrêmement restreinte. Les scientifiques ont découvert que nos ancêtre à tous ne dépassaient pas le nombre de 600 âmes et vivaient avant leur égrenage autour du monde en un même lieu.

      d’une certaine façon le mythe d’Adam et Ève correspond à une réalité : nous sommes tous plus ou moins cousins sinon frères

      saiphilippe

      31 janvier 2011 at 15 h 53 min

      • je rajouterais même que (malheureusement) depuis que mon grand père est né, en 1903, la moitié des bébés humains sont nés sur cette Planète… ce qui est malheureusement vrai : donc patrimoine génétique extrêmement faible au départ (d’ailleurs ne dit-on pas : Patrie/Moine gêné tique !) et de plus risques réel de surpopulation rapide du fait de l’explosion démographique actuelle… Bref, mourrons libre et heureux pour laisser les autres vivrent dans le malheur le plus global.
        et vive la vie quand même 🙂

        LOOFY

        31 janvier 2011 at 15 h 57 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :