"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Bilan 2010

with 19 comments

Puisque tout le monde s’y colle je ne vois aucune raison de ne point me fendre à mon tour d’un bilan de l’année 2010. Celle-ci, riche d’enseignements, n’aura été qu’un enchantement de tous les jours porté sur les nuages fleuris d’un monde nouveau qui s’éveille à la vie. Poil au zizi.

 

Elle débuta pourtant assez banalement, pour ne pas dire vulgairement, par un mois de janvier absolument semblable à tous les mois de janvier que la terre a connu depuis que nous vivons sous le régime du calendrier grégorien. Ainsi nommé en mémoire de Gregory Lemarchal, chanteur mucoviscidosé à mort dont le timbre de voix avait ceci de remarquable qu’il était infiniment plus puissant que celui de Benjamin Biolet gueulant dans un hygiaphone. A moins que ce fût en hommage au petit Grégory qui, à l’heure actuelle, détient toujours le record du monde de la course en sac en apnée et en eau vive.

 

Mes souvenirs ne sont plus ce qu’ils étaient. Bref.

 

Après quelques vœux hypocrites de bonne santé au patron, ou au grand-père croulant qui s’accroche toujours à la vie et à son matelas de billets; après moult « bonne année » lancés à la volée dans l’espoir vain de s’en débarrasser; après quelques tentatives infructueuses d’emballage de blonde sous le gui, de rousse sous le houx, et celle, réussie, d’une brune lipidique à moustaches sous un désodorisant d’intérieur, février pointa son nez qui coule et sa trogne de cycle menstruel.

 

En février donc, note d’espoir détonante dans ce monde flapi d’individualisme, nous apprîmes qu’il est tout à fait possible à une vieille dame de sortir de l’isolement délétère, des escarres et des soirées loto à la maison des vieux et de la sépulture, à la seule et dérisoire condition d’être gavée de pognon. Merci madame Bettencourt! Au reste, il faut bien reconnaître que le seul attrait possible de la vieillesse reste la fortune, car s’il est aisé de trouver un intérêt à une femme quinquagénaire en la personne de sa fille de vingt-cinq ans, il est en revanche difficile de trouver grâce à la fille de cinquante ans d’une ganache de quatre-vingt étés coulant sous elle comme un camembert au soleil.

 

En mars il ne se passa rien sinon la branlée tonitruante de notre aimé président aux régionales et le concert de phrases creuses qui creva les plateaux télés pour expliquer que seule l’abstention avait gagné. C’était vrai. Moi même j’ai péché ce jour-là , mais manque de bol, l’étang gelé et la carence d’ami esquimau ne me permit de sortir de l’eau que des engelures et une bronchite qui devait me tenir compagnie tout l’hiver. Fort heureusement il cessa le 21, jour des élections.

 

En avril ne te découvre pas d’un fil et évite de voler au dessus des volcans islandais. Des milliers de touristes bloqués dans des aéroports fermés tout ça par la seule décision arbitraire d’un tyran : le Prince Ipe de Pré-Caution! Nobliau hagard et veule qui régente en coulisse la démocratique Europe.

 

Puis mai jaillit à nouveau : les oiseaux gazouillent sous la mousse verte des papillons en fleur tandis que l’abeille mutine galipette dans l’herbe soyeuse sous les regards mortellement attendris d’un frelon psychopathe. L’onde pure purin d’un ruisseau de montagne baigne la campagne de son odeur merdeuse, à cause des vaches qui en amont dans leur vert pâturage, chient dedans comme brebis galeuses. Et toi, ma belle, déployant ton cul ample des excès de l’hiver et tes jambes variqueuses qui t’étonne de ne point te voir fourrée! Le printemps est le temps des régimes d’avant l’été, sache-le avant que de te dévoiler!

 

Juin. On célébra comme il se doit les soixante ans d’un appel qui en mon cœur résonna si fort que je me retint avec peine d’incendier le consulat d’Allemagne. Et si je ne l’ai point fait c’est en grande partie parce qu’il n’y a aucun consulat boche à Dijon. Et aussi parce que c’est un tout petit peu interdit par la loi. Et aussi parce que finalement j’aime bien les boches. On ne sait jamais : ils pourraient revenir!

 

D’ailleurs juillet ramena sa cargaison de germains sur nos plages ensoleillées. Ici aussi il faisait beau et, abruti de travail, je me pris à espérer un aout semblable afin d’en profiter.

 

Hélas, le ciel d’aout ne fut pas si clément et c’est en doudoune que je le passai, avachi devant les exploits de la délégation française au championnat d’Europe d’athlétisme. Je louai religieusement et en silence la clairvoyance de nos dirigeants passés qui, par leur volonté acharnée de civiliser le nègre, nous donnèrent quelques îles pleine d’esclaves courant vite pour échapper aux chaines.

 

Septembre: je rentre, tu rentres, il rentre, nous rentrons, vous rentrez, ils rentrent et finalement on s’en fout. Sauf les parents, soulagés de se débarrasser de leur progéniture sur les bancs durs d’une éducation molle.

 

En octobre, pour imiter les russes? : Révolution! On va voir ce qu’on va voir! Le pouvoir de la rue se promet de faire choir le gouvernement dictatorial du sieur Sarkozy! Çà et là, tandis que sur les pavés flambent les bannières rouge et noir de la CNT et les orteils de millions de manifestants, le net s’affole de messages outranciers, de références oiseuses et de parallèles historiques mal digérés.

En pure perte, naturellement, si bien que du mot « révolution » on ne put en retirer que les trois premières syllabes. Révolu. Néanmoins, grâce à ces efforts physiques somme toute modérés, ces gens là virent leur condition cardiaque s’améliorer. Ils pourront donc travailler plus longtemps! Un conseil : à la prochaine révolution n’oubliez pas de prendre cinq fruits et légumes.

 

Novembre de frimas et de remaniement. La neige et Borloo tombent. En pure perte également.

 

Décembre, j’ai « hexagone » dans la tête et Renault licencie. « En décembre c’est l’apothéose la grande bouffe et les p’tits cadeaux, ils sont toujours aussi moroses mais y a d’la joie dans les ghettos! La terre peut s’arrêter de tourner, ils rateront pas leur réveillon, moi j’voudrais tous les voir crever étouffés de dinde aux marrons. »

 

 

Philippe De la Mancha, pourfendeur de moulins!

Pour vous servir!

Publicités

Written by saiphilippe

30 décembre 2010 à 14 h 01 min

Publié dans Chronique, Humour

Tagged with , , , ,

19 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. T’es en grande forme. A croire que tu t’es entraîné toute l’année.

    jlvillani

    30 décembre 2010 at 14 h 14 min

  2. Passe un très bon réveillon, Philippe.
    Pati

    Pati

    30 décembre 2010 at 14 h 33 min

  3. Et tu nous a bien servi !!!
    La quinqua croulant sous le soleil comme un calendos avachi sur un feu de joie, ne te dira jamais combien elle te doit de rides d’expressions autours de ses yeux ! mais j’aime mieux les avoir ainsi gais que lisses et inexpressifs comme ceux d’une jeune bimbo déjà botoxée à l’état de foetus. Si, si ; promis-juré sur ta famille ! A laquelle tu ne manqueras pas de transmettre mes voeux pour la nouvelle année, eu prenant soin de garder le meilleur pour toi, mais là je crois que je prêche un converti !!! ;o))
    Ne perds rien de ce que tu possèdes en esprit ; c’est tellement mieux qu’un livret A !!!

    Dom Dom

    30 décembre 2010 at 14 h 34 min

    • Bonne faim d’ ânée cher Phi-Phi, en attendant le SON de ta voix en 2011 !
      Dominique.

      Dom Dom

      30 décembre 2010 at 15 h 12 min

  4. un peu dégouttée car j’avais laissé un long et pertinent commentaire qui est parti je ne sais ou , et me voyant mal le reprendre , je me vois juste dans l’obligation de te signaler que le moulin est une espèce protégée et qu’il serait dommage que tu les pourfendasses…..
    mais bon , ce que j’en dis…..
    je connais toutefois un moulin à paroles que tu pourrais bretter sans souci…..
    à l’année prochaine cher Philippe et bises….

    mimi pinson

    30 décembre 2010 at 14 h 42 min

  5. Sans doute pour ma part le dernier commentaire sur un blog ( non pas que j’en ferais plus ) Mais parce que demain , je ne vais pas avoir le temps 🙂
    Voilà une année écoulée sous le revers de tes mots bien portés , emportés par le flot de ton imagination fertile mais surtout habile de placer là où il faut ce que certains pensent tout bas et qui n’osent pas dire ( peur des représailles ? ) Une année riche en événement surtout pour celui qui en a rien à faire ( je pense pas à toi ! hein ) Quand on fait le bilan …. Bah hormis la droite qui s’est prise une bonne gauche … Le reste du temps c’est sur nous qu’on tape ! ( et on ne peut même pas se pourvoir en cassation mais surtout on a le droit à la castration )
    Heureusement il y a des hommes et bien sur des femmes qui parlent de leur plein gré 🙂
    Voilà cher Philippe , je vais retourner à mes occupations culinaires ( et franchement ça me gave ces fêtes )
    Néanmoins je te souhaite une douce fin d’Année que celle qui va bientôt pointer son nez soit riche de tes belles phrases ( même si parfois elles sont alambiquées même dix tyrans biques 🙂 ) Continue à nous asperger de tes propos , de tes états d’âmes ça me rend moins âne parfois ! rire
    A l’année prochaine 🙂
    Gros bisous

    Marie

    30 décembre 2010 at 15 h 05 min

  6. Un bon réveillon à toi et a l’an qué ven !

    Christophe Sanchez

    30 décembre 2010 at 15 h 44 min

  7. je n’arrive pas à aligner 2 phrases correctes …
    3 fois que je refais ce com ..
    j’vais faire simple , inutile de jouer la nana inspirée, j’ai l’cerf-volant en ce moment
    c’est un plaisir de lire ton bilan , autant pour la forme que pour le fond
    sur ce : bises é-pi-cé-tou

    mamijodekymael

    30 décembre 2010 at 18 h 07 min

  8. C’est avec beaucoup d’humour que tu as résumé chaque mois de l’année 2010 ! Un bilan bien rempli que j’ai lu avec plaisir et même relu certains mois ! Merci de cet historique et passe une bonne fête 🙂
    Andrea

    Andrea Nanou

    30 décembre 2010 at 18 h 51 min

  9. Tiens, on est content qu’elle soit finie…

    Sylvie...

    30 décembre 2010 at 18 h 51 min

  10. et bien moi je serai bien resté en 2001, et ce n’est pas une faute de frappe

    saiphilippe

    30 décembre 2010 at 19 h 08 min

  11. la faute de frappe c’est ce « s » qui manque à « serai »

    saiphilippe

    30 décembre 2010 at 19 h 10 min

    • ET le pire c’est qu’une autre va commencer ….
      encore une , et combien encore avant que ne cesse cette innommable torture qui nous poussent tous inexorablement vers la sortie .
      Sortie qui , pour l’immense majorité , se fera par la petite porte d’un four encore chaud …
      euh… a oui bonne année …

      Pierre

      30 décembre 2010 at 20 h 55 min

  12. Clap clap clap…:)

    marlaguette

    31 décembre 2010 at 7 h 57 min

  13. Moi j’aurais bien crâmé le siège de la Gestapo à Blois mais c’est devenu l’hôtel IBIS et y avait des touristes allemandes dedans. Et des Japonaises. J’aime bien ton calendrier 2010.

    ashdee, gorille sauvage

    31 décembre 2010 at 8 h 02 min

  14. très bon ! 🙂
    allez je vais préparer de la bouffe pour se faire péter le ventre ce soir…
    pour le palpitant c’est pas bon, mais des occasions de battre le pavé vont se representer non ?
    à moins de suivre tout le tumulte du monde depuis sa télé 🙂
    la bise
    Mu

    MuLM

    31 décembre 2010 at 9 h 27 min

  15. fichtre !!!!! quel bilan !!! … j’en suis restée assise, moué en fait c’est mieux pour lire 🙂
    merci pour ce tit moment de rire …
    je te souhaite un « bon bout d’an  » ah ben oui c’est comme la banane il y a de-bout autant croquer à pleines dents les 2 n’est ce pas Phil ? ! 🙂
    te fais de gros bisous à l’année prochaine …

    odha

    31 décembre 2010 at 11 h 32 min

  16. Excellent tout est dit et bien dit. Les coms aussi.
    J’en grince de rire. Je suis encore une fille et je suis aussi une mère (DEUX…filles)je cours acheté du Calendos, on ne sait jamais,
    et, oui, ma condition cardiaque c’est améliorée, car on peut toujours courir…
    Je te souhaite encore plein de moulins!!!

    kairosf

    31 décembre 2010 at 13 h 58 min

  17. Ton moi de mai me plaît.Octobre n’a pas été rouge mais rose et ce fut la débandade. L’important ce n’est plus la rose,ça on a compris mais en somme,j’ai bien aimé cette année 2010 et j’y serais bien resté mais puisque faut aller de l’avant (pour arriver plus vite dans le trou),je ne vais pas te souhaiter un réveillon plein de dindes parce que ça c’était pour noël alors que 2001 te revienne,bis repetita placent.

    caicara1855

    31 décembre 2010 at 18 h 02 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :