"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Les draps s’en souviennent (II)

with 13 comments

Je ne perdis pas de temps pour m’incruster chez elle. D’abord parce mon chez-moi était une représentation parfaite de l’état de célibataire. On pourrait même parler d’allégorie. Qu’on se figure une moquette jonchée de canettes de bière dégorgeant au goutte à goutte et au gré des saisons un liquide n’ayant plus que de lointains rapports avec le contenu d’origine, y dessinant de larges aréoles jaune-pisse et donnant gîte et couverts à d’insatiables bactéries. Des cendriers en crue irriguant de cendres le moindre recoin de table à tel point que je m’étonne encore qu’aucune n’ait chopé le cancer. Et des papiers, des papiers au large au diable et en travers. Factures. Rappels de factures. Rappels de rappels. Plus quelques lettres de mémé portant sur mon vague anniversaire, mon improbable jour de l’an, et ma prochaine -et illusoire- visite. Une forêt entière tronçonnée et réduite en bouillie dans le seul but de pourrir mon salon! Je vous fais grâce des toilettes.

Son chez elle offrait un rafraîchissant contraste. N’étaient-ce les sempiternels trucs de fille , pots-pourris en-veux-tu? Non? Ben t’en auras quand même! On aurait pu se croire au paradis. Un paradis païen à la Bashung entre « madame rêve » et « vertiges de l’amour ». Il faut bien le dire notre histoire d’amour se résumait souvent à une histoire de cul, mais il suffisait que je me plante dans ses yeux pour qu’aussitôt je n’y trouve plus rien à redire. Vous ai-je dit qu’ils étaient noirs? Surement. J’y reviens tout le temps. J’y reviens encore parce qu’il faut que vous sachiez:

Quoi de plus simple que le noir à priori? Rien. Une couleur, pardon une valeur, qui ne renvoie pas la lumière. Autant dire que le noir véritable, celui qui ne renverrait pas le début d’un poil de cul de rai de lumière infinitésimale, ne se rencontre guère dans la nature où on le confond souvent avec le bleu-nuit-très-très-sombre. Dans le vide spatial peut-être, et encore je n’en suis pas certain. Quand bien même, en trouverait-on un qui soit garanti cent pour cent noir de noir il ne servirait que de faire-valoir à la lumière. Enfin c’est le rôle du noir me semble t-il.

Il aurait fallu en causer aux yeux d’Andréa qui n’avaient pas l’air d’être au courant. Cela ne m’a pas frappé tout de suite, cela s’est installé doucement. Une chose imperceptible mais qui te grignote l’entendement. Un détail. Trois fois rien. Dix fois rien. Cent fois. A la cent-unième toutefois j’ai réalisé. Les yeux d’Andréa ne renvoyaient rien. Aucun éclat, aucun rayon de soleil n’éraillaient ce noir. Pas même l’image de soi, instantané pris sur fond de rétine, que les yeux ont coutume de refléter. Il n’y avait pas le moindre reflet de moi dans les yeux d’Andréa.

Publicités

Written by saiphilippe

21 novembre 2010 à 11 h 44 min

13 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. « Un paradis païen à la Bashung entre « madame rêve » et « vertiges de l’amour ». » Voilà un endroit qui devrait me plaire. Quant aux yeux trop noirs, ça ne me dit rien qui vaille pour la suite.

    Christophe Sanchez

    21 novembre 2010 at 12 h 20 min

  2. Ah mince alors !… Pas le moindre reflet ? Tu es sûr ??? Tu avais bien nettoyé tes lunettes ????

    Dom Dom

    21 novembre 2010 at 13 h 05 min

  3. Jusque là au moins tu ne vois pas la vie en gris!

    kairosf

    21 novembre 2010 at 14 h 10 min

  4. aïe !
    voyons voir … plusieurs explications s’ouvrent à moi … elle est aveugle ?
    C’est un vampire ou une bestiole de ce genre ?
    Un fantôme peut-être ?
    Tu auras trouvé mieux , là dessus je te fais confiance 🙂
    Sympa , en tous cas , Bashung en fond de billet …
    j’attends la suite ………
    bises

    mamijodekymael

    21 novembre 2010 at 14 h 42 min

  5. eros et thanatos….

    Sylvie...

    21 novembre 2010 at 16 h 26 min

  6. Outre Andréa qu’il me semble bien n’avoir pas connue, j’me dis quand même qu’on devait picoler sérieux parce que je ne souviens pas qu’on ait été colocataires…. lol A+

    Pascal le Magnifique

    21 novembre 2010 at 17 h 51 min

  7. Et alors?? J’attends la suite…

    Pastille

    21 novembre 2010 at 20 h 48 min

  8. la description de la chambre de célibataire est tout à fait réaliste…..manque juste l’écosystème qui se développe sous le lit mais , les garçons ne regardent jamais sous le lit….

    mimi pinson

    22 novembre 2010 at 7 h 06 min

  9. ah tu t’es heurté à l’impénétrable altérité
    (ou le vide abyssal d’un oeil de poisson, c’est selon tu choises 😉

    MuLM

    22 novembre 2010 at 10 h 17 min

  10. Les yeux d’Andréa sont peut-être vitraux. Bises

    caicara1855

    22 novembre 2010 at 11 h 35 min

  11. Figure toi, je cherche au bal masqué oyé oyé devinez qui je suis derrière mon loup, truc genre patin couffin, bref… toute guillerette comme à mon habitude, et paf ! je tombe la-d’sus :
    http://www.youtube.com/watch?v=nRS0pzHfBjI, aucun rapport je vous l’accorde. Mais…, cette chose de non reflet nous laisse tous perplexe, c’est dingue…, digne d’un thème faustien.
    En ce moment je bosse avec Ray le tiqueur blagueur, il me raconte des blagues et moi je les retiens pas, une histoire sans fin ! vivement demain.
    Sinon « Les draps s’en souviennent (I) », y’aurait peut-ê une ptite répétition à revoir, parce que faut bien dire un truc moche et méchant.
    Sinon c’est génial !
    @+

    klima47

    22 novembre 2010 at 17 h 11 min

  12. des yeux aussi profonds, on doit s’y noyer avec délice !

    Babel

    24 novembre 2010 at 15 h 01 min

  13. Moi je fais une pétition pour que les trous d’évier soient plus gros pour laisser les assiettes, tasses, fourchettes et couteaux sales.

    ashdee, gorille sauvage

    25 novembre 2010 at 18 h 04 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :