"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Promenade Matinale ( réédition)

with 14 comments

J’ai toujours aimé le petit matin, sa lumière blafarde voilée de brume humide et froide. L’aube à peine ébauchée tendue d’un linge blanc de verglas: Un petit matin d’hiver tout encore nostalgique de sa nuit passée. Une nuit longue comme seule cette saison sait en produire, surtout lorsque l’on ne dort pas. Toutefois, je ne suis pas mécontent de sortir. Profiter du paysage figé dans son manteau de glace. Profiter de l’air froid qui me saisit, me transit et me fait tressaillir: J’aime le frisson.

Quand même, j’aurais bien mangé un peu! Mais nous sommes pressés. Une petite rasade de rhum tirée d’une flasque amicale me tiendra lieu de collation. Je sens l’alcool glisser dans ma gorge, s’emparer de mon estomac. Un peu d’essence pour le trajet, somme toute!  Nous marchons d’un pas alerte sur un chemin de terre noire et dure. Je ne salirai pas mes souliers ce matin. Les arbres tendent leurs bras dénudés vers moi, comme pour m’enlacer. Quelques oiseaux noirs de jais, croassent en chœur. J’aime bien les corbeaux, ils ne craignent pas l’hiver, comme moi. Et comme de moi, les honnêtes gens s’en méfient. Je ne sais pas pourquoi. Quelques vieilles superstitions, sans doute: Un oiseau de malheur! Comme si les hommes ne faisaient pas leur propre malheur seuls!. « Un oiseau-bouc-émissaire » lâchai-je alors inopinément. Et de partir d’un grand rire. Mes compagnons me jettent un regard torve. Ils ont raison: C’est du sérieux aujourd’hui!

Nous sommes quinze paires de jambes à battre en cadence. Trente bottes ferrées à marteler le sol givré. Une seule voix de stentor à gueuler: « Halte ». La comédie peut commencer, les acteurs prendre place. Je rejoins la mienne: Un petit tertre, mon estrade, ma scène, un clope au bout des lèvres et l’attitude bravache qui va avec. Un corbeau croasse de pieuses et piètres prières. Le stentor hurle.

Je suis un traitre, c’est le juge qui l’a dit. Il doit avoir raison. Oui, je suis sorti bon dernier de la tranchée; oui, j’ai lâché mon fusil quand les mitrailleuses boches nous ont fauché comme les blés; oui, je cherchais refuge dans un trou d’obus tout rempli des entrailles de mes camarades quand le stentor m’a trouvé.


Le stentor hurle:  » En joue.. » Je ne l’écoute plus, les arbres me tendent les bras. « Feu »!. Je n’entends plus, je frissonne. J’aime le frisson.

Douze balles me déchirent la peau au petit matin blême.

J’ai toujours aimé le petit matin…


Publicités

Written by saiphilippe

11 novembre 2010 à 13 h 44 min

14 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. J’ai frissonné.

    Dom Dom

    11 novembre 2010 at 13 h 48 min

  2. Le total des condamnations à mort pour l’exemple ou non se monte à un peu plus de deux-mille dont « seulement » 600 furent exécutées. Chiffre qui ramené au nombre total de morts pour la France ( 1 400 000 environ) est infinitésimal.

    Cependant, outre que le geste demeure choquant pour la mémoire on ne tient aucun compte dans les statistiques des exécutions sommaires qui purent avoir lieu ici ou là.

    saiphilippe

    11 novembre 2010 at 13 h 54 min

  3. superbe !
    le texte… pas la mort…

    belle mort pourtant au matin blanc
    vilain meurtre idéo(il)logique au matin

    personne n’est tout blanc sauf peut-être la saison

    merci phil

    LOOFY

    11 novembre 2010 at 15 h 34 min

  4. coucou Phil bonsoir, je prends ENFIN le temps de venir te lire, et bon Dieu que c’est dur !!!
    la vidéo aussi !! fusiller des sldats pour manque de combativité bouuuu … et la suivante j’ai cliqué pour voir … !!!
    je suis moins étonnée depuis quelques jours … je regarde les reportages sur De Gaulle … houla !!!! no comment lol
    gros bisous Phil bonne fin de semaine @ ++

    odha

    11 novembre 2010 at 17 h 39 min

    • la séquence est tirée du film « les sentiers de la gloire » de Stanley Kubrick. Film interdit en France à sa sortie en 1957 il n’y sera diffusé pour la première fois que 18 ans plus tard, en 1975.

      saiphilippe

      11 novembre 2010 at 18 h 01 min

  5. Oui bein vivement demain qu’on parle du G20 parce que le 11 me fout les boules!

    ashdee, gorille sauvage

    12 novembre 2010 at 0 h 24 min

  6. D’ailleurs on pourrait supprimer ce jour férié puisqu’il n’y a plus de poilus!

    ashdee, gorille sauvage

    12 novembre 2010 at 0 h 25 min

  7. Je comprends pas pourquoi le gars qui lit le papier marche en zigzagant, alors qu’il aurait pu couper plus court.

    ashdee, gorille sauvage

    12 novembre 2010 at 0 h 29 min

  8. pas facile de faire de l’humour avec ce genre de billet……
    y’a plus de poilu , y’a plus de poilu …..c’est vite dit…..et par un gorille en plus…..

    mimi pinson

    12 novembre 2010 at 7 h 39 min

  9. Oui : pile-poil le Gorille qui dit ça !
    Hum, pardon Phil, je file !

    Dom Dom

    12 novembre 2010 at 11 h 56 min

  10. heu…
    Si y’a plus d’poilus, on enlève le « S » !

    Dom Dom

    12 novembre 2010 at 11 h 57 min

  11. si y’a plus 2 poilus, on enlève le « SS » !

    LOOFY

    12 novembre 2010 at 12 h 08 min

  12. Fameux ce texte mon philou!
    Trouvé aussi! Et comme j’aime te retrouver.

    Dina conte les jours.

    15 novembre 2010 at 19 h 37 min

  13. C’est percutant !
    Flo

    Flocerise

    19 novembre 2010 at 0 h 12 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :