"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Le fils de son père ( V )

with 18 comments

Mais avant que d’aller
traquer le couillu caribou, la pipistrelle mordorée, le phoque
parisien ou l’auroch, base du régime alimentaire de Grande-Burne,
nos deux héros durent repasser par chez eux car la nuit menaçait de
tomber et pour sûr elle tiendrait promesse. Ce qui risquait
également de tomber était une avalanche de récriminations acres et
poisseuses que maman Burne ne se gênerait pas de leur envoyer à la
face au vu de l’heure tardive, de l’état piteux des hardes du fils
comme du père et parce que c’était la volonté de la Divine
Providence que les maris soient houspillés. Sans compter que
Grande-Burne, tout à la découverte du sport et de la pissicologie,
avait complètement omis d’acheter du pain.


Une boule d’angoisse pleine
de poils gagna la gorge de Grande-Burne au moment de franchir l’huis
de sa sucrée maison où sa douce épouse l’attendait surement, entre
l’âtre chaleureux et la douce odeur d’une soupe réconfortante, avec
son maillet « spécial réprimandes » bien en main et
l’air revêche qu’elle savait si bien arborer lorsque il manquait à
ses devoirs. C’est à dire tout le temps ou presque.


Il toqua.


Elle retoqua aussitôt avec
force et c’est sous une avalanche de récriminations âcres, de coups
de maillet fort peu amènes que notre héros chut, entre l’âtre
chaleureux et la douce odeur de soupe. Tiburce en bon habitué des
bisbilles parentales s’était, quant à lui, sagement replié dans sa
chambre pour y noyer son indifférence blasée à l’aide d’un
« trivial pursuit » édition paléolithique. Il en était
à son troisième paquet de mille cartes lorsque des bruits
évocateurs lui parvinrent du salon. Ses parents avaient la
réconciliation bruyante, mais ce n’était pas ça qui le ferait
bouffer plus vite, songea t-il.


Autant le dire tout de
suite, le repas se déroula sans problème, la nuit fut douce et
maman Burne offrit même à ses hommes sur le départ un gentil au
revoir cousu de mouchoir blanc avec de la vraie émotion de mère
affectueuse dedans. On sera toujours étonné des bienfaits, sur la
vie de couple, d’un simple coup de queue. Bref.


Dehors l’aurore pointait
tant bien que mal en raison d’une couverture nuageuse atrocement
fadasse, grisonnante sur les bords comme un vieux beau. De la forêt
la froidure avait fait son royaume et le sol prenait des airs de
permafrost pour faire le malin et ne laisser aucune empreinte
visible. Tiburce déambulait à grandes enjambées pour suivre son
père. Ce dernier faisait jouer ses narines expertes et dans ces
circonstances son regard prenait des reflets d’intelligence. Tendu,
aux aguets, le héros putride des ages dégueulasses allait une fois
de plus semer la mort et la désolation parmi la gent bovine qui,
sans lui, aurait continuer à paitre en toute impunité. Soudain son
groin ne bougea plus! Au loin, une effluve. Celle de la bête. Hum…
de sa bouse pour être précis. Il se rua pagne au vent , testicules
ballotées et massue dressée. Sa vraie massue. Tiburce, pour une
fois sans comprendre, cavala à sa suite en fidèle petit page qui,
soudain, se prenait au jeu. Youpi!


Elle était là,
magnifique, ondoyante, fumante dans le gel cristallin de ce matin
d’hiver comme la promesse de jours meilleurs et de lecteurs blue-ray
à moins de cent euros. Une bonne grosse merde d’auroch! La panacée
du chasseur furtif. Aucun auroch , même suprêmement perspicace ne
pourrait faire la différence d’avec un congénère, pour peu que
l’on s’en enduise. Grande-Burne le fit avec soin, puis se saisissant
de son fils le tartina de fond en comble.


Le bonheur de Tiburce prit
là comme un peu de caca dans les coins.

à suivre…

Publicités

Written by saiphilippe

27 août 2010 à 15 h 19 min

18 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. aurait (continué)j’aime bien cette évocation de la maison sucrée…

    Sylvie...

    27 août 2010 at 15 h 44 min

  2. Et moi l’idée de la merde "ondoyante et fumante tel un magma dans le gel cristallin".

    Manik

    27 août 2010 at 17 h 02 min

  3. je me marre paske c’est vraiment bien "imagé" … je vois très bien Grande Burne se ruer pagne au vent etccc … milediouuu l’auroch va avoir les jetons en le voyant !!! pauvre Tiburce qui va servie d’appat … lollbisous Phil bon week end

    Odha

    27 août 2010 at 17 h 39 min

  4. t’es crade quand même !

    jojo

    28 août 2010 at 14 h 21 min

  5. Oui, mais bon je crois que je vais arrêter. Je ne me paye que de commentaires, alors si il n’y en a plus, ou si peu.

    Philippe

    28 août 2010 at 14 h 31 min

  6. j’aime toujours autant suivre ces aventures burlesques autant que burnesques mais je compatis à ton dépit de n’être point lu et commenté….

    Mimi pinson

    28 août 2010 at 15 h 20 min

  7. d’autant plus que je ressens ce vide itou et que ,si c’est pour écrire dans le vent (comme dirait un pétomane de ma connaissance) , autant prêcher dans le désert…..

    Mimi pinson

    28 août 2010 at 15 h 24 min

  8. on va y revenir aux carnets à spirales……çà tombe bien , c’est la rentrée….

    Mimi pinson

    28 août 2010 at 15 h 25 min

  9. ouais mais le carnet à spirales est encore moins commenté que nos blogs …. je suis désespérée comme vous , et j’ai même commencé à recopier mes billets de 2008 pour les sauvegarder , parce que parti comme c’est …

    jojo

    30 août 2010 at 18 h 22 min

  10. … sont capable de fermer wili sans nous prévenir .Et moi tous mes écrits sont faits en live , sans brouillons et vu le peu de mémoire que j’ai , mes écrits , c’est ma vie , j’voudrais bien la garder encore un peu

    jojo

    30 août 2010 at 18 h 24 min

  11. et un temps infini pour enregistrer 2 lignes de coms !!!! ça me gave , grave !

    jojo

    30 août 2010 at 18 h 27 min

  12. une effluve d’auroch m’a conduite jusqu’ici.. et je ne m’en plains pas ! enfin, les vraies valeurs du couple sont sublimées ici !!! 😉

    Babel

    1 septembre 2010 at 16 h 24 min

  13. Normal que les blogs soient un peu de tristounet, entre les vacances et la rentrée scolaire les journées ne sont plus assez longue….j’attends avec impatience la suite de cette escapade.Il faut également avouer que le nombre limite de lettre pose un véritable problème.Malgrès ce soucis, il fait bon de rentrer chez soi.Bises

    .

    3 septembre 2010 at 11 h 01 min

  14. Enfin mon com vient de s’enregister

    .

    3 septembre 2010 at 11 h 03 min

  15. Déjà à l’époque le coup de queue était le baromètre de la vie de couple. Fichtre!

    Caiçara

    9 septembre 2010 at 5 h 58 min

  16. les ages dégueulasses sont forcément paléo… c’est le dirty old time

    Philippe

    11 septembre 2010 at 13 h 36 min

  17. comment ça arrêter ?? ça va pas non !!! …. moi je me moque de la quantité … même si il y a 6 ou 7 coms je suis contente … au moins quelqu’un a lu !! bisesssssssss je file lire les 2 que j’ai raté ^^

    Odha

    13 septembre 2010 at 9 h 14 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :