"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Le fils de son père (III)

with 19 comments

Le nez dans le tapis, affalé
comme une étoile de merde sur un fond de corail rouge, notre héros
des ages foireux se sentit soudain las. Pas au point, cependant, de
ne pas remarquer en passant, grâce à son sens olfactif d’exception,
1234 fragrances femelles et 340 mâles. Ce qui l’amena à une
première et seule déduction. La Pissicologie était surtout un truc
de gonzesse.

-« Intéressante
métaphore sexuelle n’est-il pas? Vous, le nez tout ébouriffé de
désir, la bouche perversement avide farfouillant les recoins de ma
moquette, rouge comme par hasard… » Fit une petite voix
flûtée assaisonnée d’un accent particulièrement pointu.


Grande-Burne et son fils
relevèrent la tête et virent un homme moyen de taille médiocre à
la chevelure inexistante ou au diable. Un rictus sévère pendait de
ses lèvres depuis un nez échafaud. Un grand front intelligent
offrait à son regard une profondeur en trompe-l’œil. Ses esgourdes
rabougries semblaient bien incapables d’entendre quoi que ce soit. Il
émanait de l’individu qui présentement descendait artistiquement un
escalier en colimaçon une fausseté absolue. Presque divine. C’était
là tout du moins l’impression de Tibuce. Grande-Burne s’en tenant à
un avis nettement plus prosaïque du genre « Tiens, encore un
chauve ».


L’individu enchaina:

  • « Bienvenue à
    vous deux dans mon humble cabinet de parapsychologie appliquée et
    d’astrophysique séquentielle néo-corticale, ce qui je vous
    l’accorde ne veut strictement rien dire mais en jette un max auprès
    des filles. Quel est votre problème? » Et son sourire
    s’exhiba d’une oreille à l’autre avec des tas de dents au milieu.

  • « Grunt! »
    Glapit Grande-Burne. Et l’on sentait tout le dépit du père perclus
    de doutes quant à l’avenir de son fils, sans compter son abominable
    mal de couilles qui donnait à sa voix puissante des trémolos
    dramatiques tirant sur les aigus. C’était beau comme un concerto de
    Boulez pour scies musicales et couvercles de poubelle.

  • Je vois. Syndrome
    œdipien inversé de force 8 sur l’échelle de moi même. Vous êtes
    persuadé que votre enfant a un problème mais en réalité le
    problème c’est la vision que vous en avez.

  • Votre silence est
    éloquent. Vous voulez, inconsciemment, que ce petit soit le
    prolongement de votre Moi sur-dimensionné, en l’occurrence votre
    organe reproducteur biscornu et abject que vous auriez d’ailleurs
    l’obligeance de cesser de tripoter pendant que je cause.

  • Hum, je comprend votre
    désarroi soudain, mais vous devez renoncer à votre vision
    phallocrate, paternaliste et réactionnaire de la société . C’est
    un premier pas vers la guérison, le deuxième étant de me régler
    une modeste facture de 50 peaux d’aurochs. Le troisième, de revenir
    la semaine prochaine afin de nous explorions tous deux votre enfance
    catastrophique afin d’en extraire le mâle qui vous ronge…

  • Plotch!


Grande-Burne sortit de
l’officine manifestement apaisé, son fils sur les talons. Et c’est
très nonchalamment qu’il essuya sur le gazon sa massue à aurochs
fétiche. Peut-être un geste compulsif destiné à assoir sa
virilité et son désir de puissance par la manipulation sensuelle
d’un phallus stylisé, ou simplement pour ôter les morceaux de Gerard
Miller qui persistaient a rester collés dessus? On ne le saura
jamais.

Mais tout ceci n’arrangeait pas les affaires du fils foireux
des ages merdiques. Il fallait qu’il trouve une activité saine et
vivifiante pour son rejeton. Un truc où il pourrait gambader ,
s’amuser, développer son potentiel  et exprimer toute cette belle
violence qui ne demandait qu’à exploser.  Il fallait… il fallait qu’il fasse… du sport! Mais oui, du sport!

Grande-Burne se rengorgea, tout fier d’avoir eu une idée. Ce n’était pas si souvent il est vrai.

à suivre…

Publicités

Written by saiphilippe

12 août 2010 à 10 h 58 min

Publié dans Non classé

19 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. j’aime bien "l’étoile de merde sur fond de corail rouge"… mais j’ai lu le reste aussi!j’aime bien aussi le "Plotch" final.

    Sylvie...

    12 août 2010 at 11 h 07 min

  2. J’ai remarqué un truc, chaque fois que les gens on un pb, ya toujours un con pour dire " faut qu’il fasse du sport"…juste histoire de ne rien résoudre.

    JiPi

    12 août 2010 at 11 h 14 min

  3. T’en veux à Gérard Miller lol ???

    .

    12 août 2010 at 11 h 24 min

  4. super, encore un qui va s’inscrire à notre club de boomerang…si ca peut au moins enlever le malde coucougnettes de son pèrece sera bien…@+

    Loofy

    12 août 2010 at 11 h 37 min

  5. Je vois. Syndrome œdipien inversé de force 8 sur l’échelle de moi même. C’était trop pour Miller et j’adore les expressions de Grande-Burne comme d’ab je suis fan. Bise

    Caiçara

    12 août 2010 at 13 h 42 min

  6. Je ne vais jamais arriver jusqu’au bout Phi-Phi, je suis déjà pliée à la 3ème ligne ! :o))))))

    Dom

    12 août 2010 at 13 h 43 min

  7. je me sens soudain las…. je dois prendre des vitamines ? LOL

    CERISE

    12 août 2010 at 15 h 18 min

  8. le sport ne résout rien certes, mais ça détend pas mal.

    Philippe

    12 août 2010 at 16 h 09 min

  9. Excellent, super bien écrit, je ne peux rien dire de plus, je me marre… Bien, le coup de gourdin dans la tronche de Miller! Si au moins ça pouvait le dissuader de venir dire des âneries et autre lieux communs à la télé en se donnant des airs… A+

    Pascal

    12 août 2010 at 16 h 19 min

  10. excellent !!!!!!!! c’est toujours aussi bien écrit , et très drôle !

    Mimi pinson

    12 août 2010 at 18 h 26 min

  11. Ah quel fou-rire ! Je vois bien leurs binettes à tous ! Phi-Phi, tu voudrais bien venir t’installer sur mon chevet, et me raconter chaque soirun petit morceau de ton histoire pour que je m’emdorme joyeuse, gaie et idiote ?! ;o))

    Dom

    12 août 2010 at 19 h 09 min

  12. Le genre qui fait du bien ; véritable médication à consommer sans modération. Merci !

    Manik

    13 août 2010 at 5 h 55 min

  13. je lirai les coms après .Je suis explosée de rire !Quand j’ai lu le spoch , j’ai cru qu’il venait d’éjaculer vu qu’il se tripotait tandis que l’autre causait . Mais non ; il a explosé le crâne du psy .Ah tu sais manipuler le suspens !!!

    jojo

    13 août 2010 at 10 h 44 min

  14. pardon ,Plotch!, il me faut respecter l’orthographe de l’auteur .excellent épisode , Phil , j’attend la suite bises

    jojo

    13 août 2010 at 10 h 47 min

  15. le sport ? oui, bof.. moi, avec les antécédents qu’il trimballe, je lui conseillerais plutôt 1 verre de "Mr Propre" tous les matins pour lui désencrasser les neurones.. 😉

    Babel

    13 août 2010 at 18 h 19 min

  16. c’est pas de lui dont il s’agit mais de son gamin.

    Philippe

    13 août 2010 at 18 h 25 min

  17. mais je parlais du gamin aussi.. quoique le remède pourrait servir aux deux, à mon avis.

    Babel

    13 août 2010 at 20 h 57 min

  18. peut-être que ça résoudrait le trou de la sécu, si on faisait plotch à tous ceux qui dépassent leurs honoraires… en revanche, le sport comme solution aux problèmes psy ? ils n’avaient pas visité vécu l’Afrique du Sud, eux…

    Philippe

    17 août 2010 at 9 h 44 min

  19. Dis Phil R, je viens de voir que gérard miller est sur face book, il aimerait peut être lire ta fabuleuse saga de G.B.

    JiPi

    17 août 2010 at 12 h 30 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :