"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Improbable Littérature

with 47 comments

Étant désormais connu et reconnu
comme l’un des plus grands auteurs de ce siècle, ce qui n’est guère
difficile puisque d’une part il n’a que dix ans, et que, d’autre
part, l’extrême nullité de la production littéraire moderne me
rend la tâche infiniment plus facile que si j’avais à me confronter
à Zola ou Balzac, le temps est venu pour moi de rendre hommage aux
plus belle œuvres qui soient. Celles qui n’existeront jamais… et
c’est dommage.


« De son pédoncule luisant de
désir inassouvi il titillait l’échancrure caparaçonnée de la
belle humide. Celle-ci avait beau jouer les prudes, elle suintait,
humectait les alentours de sa concupiscence fébrile. Le mâle, n’y
tenant plus, glissa jusqu’à elle et l’enlaça. En se lovant, les fluides entrèrent
en contact, se mêlèrent et firent naitre de tendres bulles baveuses . Estomac contre estomac, au risque de se
digérer de plaisir, ils s’ébattirent sous la lune claire jusqu’au
matin. Le soleil frappa la clairière , l’herbe, aplatie sous le
poids de l’étreinte, dégoulinait de viscosités scintillantes.

« Demain, c’est moi qui ferai la
femme, mon amour » dit-il. »



« Amours gastéropodes »
Irma Frodite.


«  Je ne me sentais plus de joie.
Le staccato des 12,7 déchirèrent de leur symphonie mortelle une
attente de douze heures aux franges du village endormi. Enfin
l’action! Enfin la bagarre. Des enfants nus courraient en tous sens à
la recherche d’un abri que leur maigres moyens ne pouvaient leur
fournir. De-ci de-là, on en voyait certains gicler dans les airs
sous l’impact d’un obus de 81mm. Une bien belle arme, le mortier de
81. Les huttes en torchis flambaient; du petit bois dans l’âtre de
la civilisation dont nous étions les humbles coolies. Mon P.M 49
dans la saignée du bras, je me lançai alors à l’assaut, mes
camarades à mes cotés. Tir à droite, tir à gauche, un corps qui
explose, une course éperdue, du sang et des larmes. Transi
d’adrénaline, je pénétrai précautionneusement une des rares
habitations encore debout. Seule, une fille aux 16 ans provocants,
s’y terrait, apeurée et désirable. Et c’est là, au milieu d’un
monde qui s’écroulait, tandis que les grenades crépitaient et que
les traçantes des mitrailleuses lourdes offraient à nos yeux
éblouis un feu d’artifice digne d’un 14 juillet à Paris, que je
perdis mon pucelage. Elle aussi, je crois.



« Ma guerre d’Indochine »
Lt-Col Bouchu-Malabranche.



«  Certains sont violacés à
force de se tendre, d’autres émergent à peine. Je porte mon regard
sur l’un qui me semble prometteur. Il est gros et bien juteux. Je
l’agace du doigt, fais frétiller la fine paroi de chair qui me
sépare de la substantifique moelle. De la langue je caresse la
courbe délectable, qui se gonfle encore. Je la prends entre deux
doigts pour la presser. C’est un peu douloureux, mais on a rien sans
rien n’est-ce pas? Elle éclate subitement et je suis surpris, malgré
tout, qu’une aussi petite chose puisse contenir autant. Un véritable
volcan que je malaxe encore et encore pour qu’il  rende tout le pus.
Blanc, voire jaunâtre lorsqu’il est bien vieilli, il finit de
s’écouler de la plaie. Je cicatrise très bien, mais quelque chose
me dit que cette fois ce sera plus long. »



« Pustules Purulents » Nic
Bubon


Publicités

Written by saiphilippe

6 mars 2010 à 12 h 49 min

47 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je sais pas pourquoi tu as fait ce billet , des fois tu restes un mystère pour moi , mais je n’aime pas du tout…surtout, la 2°, peut être parce que j’ai bcp lu sur la guerre en indochine, peut être parce que j’ai trop vécu à côté des légionnaires, toute mon enfance, je sais pas , il doit y avoir une explication …j’adhére pas mon Philou ….bisous

    ภเภภє.ツ

    6 mars 2010 at 13 h 41 min

  2. Preum’s on dirait …

    ภเภภє.ツ

    6 mars 2010 at 13 h 41 min

  3. t’as pas entendu parler du second degré? Ou de force d’ailleurs…

    Philippe

    6 mars 2010 at 13 h 49 min

  4. fais pas ton benêt Philou , je sais trés bien que tu es le roi du second degré et c’est de ton second degré dont je parle…..Te jure !!!!!!

    ภเภภє.ツ

    6 mars 2010 at 13 h 54 min

  5. Ben c’st bien du PDDD tout craché, éjaculé, fusé… tout ça …..

    Mata

    6 mars 2010 at 13 h 55 min

  6. mdrrrrrrrrrr….!!!!!!!!

    ภเภภє.ツ

    6 mars 2010 at 14 h 00 min

  7. Quand je dis <<Je sais pas pourquoi tu as fait ce billet>> je veux dire quelle est l’étincelle qui t’a fait penser à ce truc tordu, mdrrrrr, remarque tant mieux pour nous, ça nous divertit..nous fait ""forumer""…mais vraiment, je me demande où tu vas chopper tout ça ???? .

    ภเภภє.ツ

    6 mars 2010 at 14 h 11 min

  8. C’est pas du second degré si on se met dans la peau du baroudeur… il aime ça… il y en a qui aiment ça… c’est même par moments ce qui me rend accro à la chose, les paroles de gens qui s’avouent aimer ça. Les lettres de Rommel à son épouse sont consacrées à cette exaltation de la guerre… et déjà au moyen âge il y a un poème dans cette tonalité. Et puis révéler les horreurs de la guerre, premier ou second degré, je prends… Tu dénonces, et en plus, c’est bien fait, c’est prenant…

    Jean Baptiste Lucchini

    6 mars 2010 at 14 h 22 min

  9. Search and destroy!Et puis, il y a la haine et la violence pour conjurer la peur…

    Pascal

    6 mars 2010 at 14 h 29 min

  10. Après une enfance bercée par l’encyclopédie de la Deuxième Guerre Mondiale , j’ai passé ma jeunesse dans les bouquins d’Erwan Bergot, Indochine et Algérie . Ce qui fait que Je maitrise assez bien la prose militaire, si l’on puis la nommer ainsi. Évidemment on ne cause jamais de viols dans ces bouquins là, sauf pour dire que untel a été puni pour ça. En revanche on y parle de la torture, des "corvées de bois" et autres joyeusetés.

    Philippe

    6 mars 2010 at 14 h 34 min

  11. JB quand Philou dénonce, ok, il dénonce, j’ai tout lu comme je l’ai expliqué plus bas sur la guerre d’Indochine, particulièrement horrible ds ces descriptions vraies , ainsi que celle d’algérie, mais là où je ne vois pas l’intérêt , c’est pourquoi à chaque fois mettre du cul .il est rare que notre Philou ne nous fasse pas un petit coup de calgon sous ceinture ds ses récits ….je dis ça , je dis…….vous connaissez la suite les amis !!!!! lol

    ภเภภє.ツ

    6 mars 2010 at 14 h 38 min

  12. Ohhh il m’a doublée MDRRRRRRRRRRR

    ภเภภє.ツ

    6 mars 2010 at 14 h 40 min

  13. Non, mais je savais que les américains, par la suite,avaient baptisé ces opérations de nettoyage "search and destroy". Célèbre morceau de Iggy and the Stooges également.

    Pascal

    6 mars 2010 at 14 h 54 min

  14. Je m’excuse, j’ai fait mon com avant d’aller voir la vidéo. Il faut dire que les Stooges font partie de mes groupes préférés

    Pascal

    6 mars 2010 at 14 h 57 min

  15. Quelques morceaux des Stooges qui me reviennent en tête et à écouter sans faute: "1969" " J wanna be your dog" "Dirt" "Penetration"" J’ve got a TV eye on me" "Fun house"…. Et plein d’autres, bien qu’ils n’aient fait que quatre albums, si je ne m’abuse.

    Pascal

    6 mars 2010 at 15 h 10 min

  16. Un grand plongeon visqueux, d’où se décline une atmosphère saisissante viciée aux remugles béotiens. (Frais de port gratuit !)Tu excelles.

    Manik

    6 mars 2010 at 15 h 48 min

  17. Ninne : tu ne connais pas le dicton : " c’est ceux qui en font le moins , qui en parlent le plus " ? Phil est visiblement très en manque d’activité sexuelle alors il se défoule en mots ….Quand au 2ème degré , il a parfois le dos large , mais il faut bien dire que certaines choses ne sont pas amusantes pour tout le monde …même si on admire le talent d’écriture …

    jojo

    6 mars 2010 at 15 h 55 min

  18. ps : j’ai beaucoup aimé les amours gastéropodes

    jojo

    6 mars 2010 at 15 h 56 min

  19. Je comprends mieux pourquoi tu mêles la guerre à tout quand je vois les livres qui t’ont bercéBizzz

    bibialien

    6 mars 2010 at 16 h 28 min

  20. Manik, j’aurais compris plus vite si "légitimant" avait remplacé "légitiment". Que veux-tu le diable se cache toujours dans les détails…. Mais, ça y est, j’ai tout compris!

    Pascal

    6 mars 2010 at 16 h 47 min

  21. Nic Bubon, n’est pas mal non plus….

    Sylvie...

    6 mars 2010 at 16 h 58 min

  22. Non, c’est pas ça, mais en lisant la phrase d’un trait, ce mot m’a fait déraillé; ce qui fait qu’arrivé au bout, je me suis rendu compte que je n’avais rien compris. Mais, tu vois, j’ai fait l’effort de recommencer… Et j’ai débusqué le diablotin…

    Pascal

    6 mars 2010 at 16 h 59 min

  23. dans les deux derniers… une joie sadiquele premier… est très poétique

    Sylvie...

    6 mars 2010 at 16 h 59 min

  24. Et pis, comme ça, le boulot est fait pour les autres…

    Pascal

    6 mars 2010 at 17 h 01 min

  25. Mettre du cul… je ne sens pas ça comme ça. Le choix de Philippe c’est de montrer comment -là il s’agit de la guerre- la violence qu service du sexe détruit la grâce d’un moment fabuleux-ils sont tous deux vierges, ils auraient pu être amoureux.

    Jean Baptiste Lucchini

    6 mars 2010 at 17 h 44 min

  26. té je reviens, juste pour dire que citer Desproges sur une question de sensibilité par rapport au sujet donné, par une phrase servie à toute les sauces, donne l’impression de mettre à l’index celle qui n’a pas amorçé l’ombre d’un sourire ….Dans le cas des billets de Philou ce n’est << pas avec n’importe qui>> qu’il faudrait dire, mais <<pas n’importe quand>>, car il me semble, que l’on ne peut être hilare sur 100¨% de tous ses écrits.Et être fan du personnage malgré tout……vouloir malgré tout s"exprimer est de bon augure, celà prouve que je ne joue pas l’hypocrite, légitimant par là même mon amitié, et c’est auréolée de mon aura , que 3 petits tours et puis s’en vont…bisouxxxxxxxxxxxxxxxx tout le monde.NiNne

    ภเภภє.ツ

    6 mars 2010 at 17 h 48 min

  27. JB, amoureux? Elle n’avait que douze ans, tu pousses un peu! lol noir

    Pascal

    6 mars 2010 at 17 h 50 min

  28. Philippe a dit seize Pascal… seize… c’est jouable… pour un jeune homme s’entend… parce qu’avec un vieux birbe fini l’enchantement. Mais je peux encore en causer. Je me shoote à ce que je veux, et là c’est de la nostalgie.

    Jean Baptiste Lucchini

    6 mars 2010 at 18 h 03 min

  29. C’est la mitrailleuse, 12,7… tu voix bien que Philippe a le goût de la précision… l’obusier doit être un peu plus âgé… 81… c’est encore plus que les 49 de P.M. Quelle famille !

    Jean Baptiste Lucchini

    6 mars 2010 at 18 h 06 min

  30. Oups… Euh…. C’est sa honte qui lui a fait dire qu’elle en avait seize…. lol

    Pascal

    6 mars 2010 at 18 h 08 min

  31. Belle sélection pour l’été! 😉 Et pour tous les gouts.

    Hécate

    6 mars 2010 at 18 h 11 min

  32. pour être totalement précis: il s’agissait d’un mortier de 81 et non d’un obusier ;).Ce n’est pas dit, mais on le suppose que notre estimé, et néanmoins pourriture organique, Lt-Col Bouchu-Malabranche ne devait pas avoir plus de vingt ans à l’époque , donc oui, c’était "jouable". Cependant JB, il me semble bien que vous soyez un incorrigible romantique … " amoureux" comme vous y allez!

    Philippe

    6 mars 2010 at 18 h 12 min

  33. Selavi… Philippe. ça existe.

    Jean Baptiste Lucchini

    6 mars 2010 at 18 h 16 min

  34. on voit que le printemps s’approche , les gastéros podent et les boutons pustullent……çà vous met un petit air de fête de la musique ……qui sent bon la fredaine

    Mimi pinson

    6 mars 2010 at 18 h 17 min

  35. j’allais oublier l’essentiel : très belle écriture , vraiment !! tu nous régale !

    Mimi pinson

    6 mars 2010 at 18 h 18 min

  36. C’est bô la vie quand on y pense….

    JiPi

    6 mars 2010 at 18 h 19 min

  37. Le printemps s’approche… il n’y a pas que les limaces et les explosions cutanées des jeunes gens… il y a aussi les hommes jeunes et vieux qui entrent dans une période vivifiante et prometteuse de … de ce que vous voulez Mimi… sans m’en rendre compte je rejoignais le séjour en fredonnant le grand air de Don Juan… jeunesse, quand tu nous tiens !

    Jean Baptiste Lucchini

    6 mars 2010 at 18 h 28 min

  38. Conquête des territoires, conquête de la femme: même combat. La guerre quoi!

    Pascal

    6 mars 2010 at 18 h 29 min

  39. ha, le printemps…. Pour moi, le vrai printemps, c’est quand les femmes commencent à se remettre en jupe. J’adore les jambes des femmes comme machin dans le film de Truffaut…. "L’homme qui aimait les femmes"; mais comment s’appelle-t-il donc cet acteur, déjà? Rhâââ!!

    Pascal

    6 mars 2010 at 18 h 50 min

  40. Charles Denner?

    Philippe

    6 mars 2010 at 18 h 57 min

  41. C’est ça! Merci… Ca soulage…

    Pascal

    6 mars 2010 at 19 h 01 min

  42. Si si si … j’ai son nom sur la pointe de la langue… il était le papa dans ‘le vieil homme et l’enfant’… merci Philippe… Charles Denner. C’est vrai que les femmes sont encore plus belles au printemps… je parle des femmes… j’aime bien les hommes, mais je ne les vois pas en jupes… avec leurs mollets poilus. Beurk !

    Jean Baptiste Lucchini

    6 mars 2010 at 19 h 34 min

  43. Faut pas trop regarder les couples d’amoureux se bécoter, ça t’inspire des trucs bizarres, regarde Borat. Bise

    Caiçara

    7 mars 2010 at 9 h 38 min

  44. Ben merde alors les grands auteurs s’arrêteraient à Zola et Balzac ?et pour notre siècle donc Philippe R. ….J’aime beaucoup Nic Bubon et es plaisirs minuscules :)

    mu

    7 mars 2010 at 19 h 52 min

  45. Non bien sûr, mais je n’allais quand même pas tous les citer.

    Philippe

    8 mars 2010 at 7 h 26 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :