"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Les Amazones ( V partie)

with 55 comments

Une escorte d’accortes filles aux
rondeurs qui eussent été affriolantes si elles n’avaient été
tartinés d’un tas de trucs saillants et contondants et qui
trimballaient un tas d’autres ustensiles peu amènes mena donc
notre héros à travers un dédale de rues proprettes. Au petit bout
d’un petit moment et au détour d’une petite rue, les petits pas
gracieux de la troupe en arme cessèrent. Une paroi rocheuse d’un
gris complètement quelconque leur faisait face, imperturbable. Ce
qui est un comportement plutôt normal de la part d’un bloc de pierre, ne fut-il pas de marbre. Ce qui l’est moins par contre, fut
que le roc se fendit d’une porte après que la cheftaine de la
troupe, une jolie rousse piquetée d’adorables taches de rousseur ,
eut perpétré quelques étranges salamalecs, auxquels Grande-Burne
ne comprit rien, comme d’habitude. La rouquine s’écarta, lança un
bref regard noir de ses yeux émeraudes qui manqua totalement son but
puisque notre héros était présentement absorbé par la dégustation
d’une de ses crottes de nez. Elle le piqua alors de sa lance. La bête
eut une embardée et fit mouvement, pas plus troublé que ça pour le
compte.


C’est ainsi que sans étonnement, ni
méfiance, ni peur, ni rien de rien qui se puisse germer dans une
cervelle normalement constituée, il pénétra dans le passage.
Éclairé ça et là de torches, celui-ci serpentait en pente douce
vers des profondeurs insondables. A mesure que l’on s’enfonçait
l’odeur minérale se teintait de touches boisées, l’humidité froide
se muait en douce fraicheur et l’escorte de farouche sombrait dans le
méditatif : Elles rejoignaient le saint dessein du peuple des
Amazones, le cœur et l’esprit de la cité. Elles allaient retrouver
les anciennes gloires œuvrant pour les nouvelles. Elles allaient
aux Mémoires!


Le souterrain déboucha sur une vaste
salle circulaire battue de terre et dont les murs nervurés et bombés
formaient une vague brune. Cette ondulation incongrue répétait ses
motifs tous les trois ou quatre mètres. Un examen attentif aurait
permis à Grande-Burne de s’apercevoir qu’il s’agissait de troncs de
pins dressés les uns contre les autres. Au lieu de ça, notre héros
cultivait sa désinvolture imbécile en se grattant négligemment la bourse, à peine conscient de la forte odeur de résine qui
régnait là, bien plus bas que six pieds sous terre et à des
lieues de la moindre forêt. Il fut entravé au centre de
l’esplanade chthonienne dont la voute se perdait dans l’obscurité
comme lui en vaines conjectures sur les mérites comparés du
grattage testiculaire et du fondement. Il en était
là de ses réflexions philosophiques lorsqu’une voix stridente et
nasillarde creva le silence:


«  Bienvenue… Homme »
vrilla t-elle avant d’ajouter: «  On nous a beaucoup parlé de
toi »

Grande-Burne, interdit, fureta de son
œil de poisson mort les alentours à la recherche de l’origine de
l’appel. Ne vit rien. Renifla mais n’obtint que senteur musquée
d’essence sylvestre. Alors, à tout hasard, il meugla un pathétique
: «  Où toi être? »


Pas une fois il n’avait levé la tête.


-«  Est-ce une feinte? »
fit à voix basse la nasillarde.

-«  Non, je crois qu ‘il est
vraiment con. » murmura une chevrotante.

-«  Faut voir! » conclut
une troisième d’un ton acide.


« Lève donc la tête ô
abruti! » gueulèrent-elles en chœur.


L’homme obtempéra, plissa les yeux et
les narines. Il scruta la noirceur du plafond, l’arrondi des murs,
les nervures, puis il coula son regard dans une veine de bois et la
suivit à la cime, loin très loin là haut. Évidée, icelle
contenait un tas rabougri et blanchâtre d’antique peau tannée. Une
autre, à coté, un amas de chair figée dans ses rides. Et
le dernier, une vasque de viande flasque avec des yeux de bouillon
gras au dessus.

-"Je me nomme Lakhart, mémoire de nos ancêtres" prononça sentencieusement le tas rabougri à voix aigre.

-"Je suis la mémoire Viv " se présenta sobrement l’amas de rides.

-" Et moi Laperth II, mémoire depuis des temps immémoriaux" termina la grosse acide aux yeux gras.

Puis à nouveau de concert: " Nous sommes les Mémoires et nous allons t’évaluer ô toi qui pue, qui sue et qui bave!"

Des vieilles! Horreur et damnation! 
Avec l’éclair de génie qui illumine parfois le crétin fini, Grande-Burne comprit instantanément pourquoi elles avaient échappé à son puissant flair:

Elles sentaient le sapin.



À suivre.

Publicités

Written by saiphilippe

6 décembre 2009 à 9 h 54 min

55 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Tout ça pour annoncer Noël ;-)Bizzzzz

    bibialien

    6 décembre 2009 at 9 h 58 min

  2. ah oui tiens, ça aurait pu…

    Philippe

    6 décembre 2009 at 10 h 02 min

  3. Ben j’ai appris un mot…: chtonienne… ben vi, suis allée voir!!En tout cas j’ai hate de savoir ce qu’elles vont en faire du burné du bulbe!!!Mdr!

    Mata

    6 décembre 2009 at 10 h 03 min

  4. Sans rire Philippe je ne te vais pas te dire que c’est super bien écrit, ça ne manquera pas de ce côté là et puis ce qu’attendent les filles en majorité c’est du sexe ah ah

    bibialien

    6 décembre 2009 at 10 h 08 min

  5. Nous avons échappé à Mémoire Viv qui rame ! :)Pour la porte de sortie, il faut se bricoler une aventure avec Laperth II, non ? Mais au fait, c’est quand que ça passe à la fornication ? Les préliminaires c’est très bien mais c’est comme les plats de hors-d’œuvres, ils ne font que préparer au plat de résistance ! :))

    cata

    6 décembre 2009 at 10 h 30 min

  6. Pourquoi vivre d’amour et d’eau fraîche, si on peut avoir du sexe et de l’alcool, hein ???…

    Philippe

    6 décembre 2009 at 10 h 30 min

  7. C ‘est Diskedur qui va planter ???

    Philippe

    6 décembre 2009 at 10 h 32 min

  8. C’est quand la suite ?Bonjour, bisou et reprends ta plume stp : y’a pas de temps à perdre, on va attraper froid dans la grotte !

    Dom

    6 décembre 2009 at 11 h 05 min

  9. Hum, le mystère s’épaissit comme une glaire de Grande Burne.Pareil pour chtonienne. Apparemment le correcteur d’orthographe ne connaissait pas non plus

    Pascal

    6 décembre 2009 at 12 h 25 min

  10. Le sapin ?? c’est un sapin de Nordmann ?????? non parce que j’ai l’intention d’investir pour celui là cette année !!!!Il sent bon ,??? au point de cacher l’odeur de G-B ????C’est un vrai trésor d’astuces en tout genre ton blog mon Philou merci Bises NiNne

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 12 h 42 min

  11. Ça va devenir difficile Phil de te sortir de ton histoire, si tu l’écris au fur et à mesure !…Ninne, tu as l’intention de t’offrir un G-B pour Noël, qu’il faille que ton sapin doive couvrir son odeur ? (j’irai peut-être voir aux soldes de janvier…) :o)))

    Dom

    6 décembre 2009 at 12 h 51 min

  12. dans le dico ils écrivent bien "chthonienne".Le sapin c’était plus rapport au cercueil…je sais comment ça va finir, mais je ne sais pas combien de temps cela va prendre. Sinon je peux la faire courte aussi:N’y tenant plus les amazones se jetèrent sur Grande-Burne, et il décéda d’un infarctus. Pendant ce temps Eric Zemmour se fit la malle déguisé en pigeon. Wad’Else creva de vieillesse, quand de dépit Lat-lov et Guigui se firent hétéros-curieux, c’est à dire qu’ils s’emmanchèrent sans complexes. Un peu après les amazones moururent toutes d’une blennorragie suite à leurs rapports avec Grande-Burne… elles avaient inventé le fer forgé, mais pas le préservatif ces connes!

    Philippe

    6 décembre 2009 at 13 h 47 min

  13. Ah non Phil, ça c’est bâcle et pas drôle !…Alors ne te stresse pas, vas-y tout doux, tant pis on attrapera tous un rhume ds cette grotte en attendant la suite. (si j’avais su, je me serai fait vacciner !)Bisou, fais une bonne sieste !Dom.

    Dom

    6 décembre 2009 at 13 h 56 min

  14. bah , s’il est si frustre que tu le dis , ça ne doit pas le déranger de sauter des vieilles , même sentant le sapin …. parce que j’ai l’impression que c’est à ça qu’on le destine , enfin que TU le destines , ton GB… toujours bien contente de ne pas profiter des odeurs …. le reste on l’imagine assez bien … enfin " bien " ? on se le représente quoi

    jojo

    6 décembre 2009 at 14 h 43 min

  15. ""Le sapin c’était plus rapport au cercueil…""Vous avez vu ??? vous avez lu ???? mes zami(e)s lecteurs de la saga ….IL ME PREND POUR LA DEMEUREE ! il me fait une explication de texte !!! ahhhhhhhhhhhhhhhhhhh…mes sels !! vite mes sels !! je me sens mal …….TRAHIIIIIIIIIIIIEEEEEEE …..INCOMPRISEEEEEEEE !!!!!!!seigneur pis d’hab j’ai une remarque à faire ! pour que tes amazones fassent des petits pas gracieux, faut qu"elles chaussent au minimum un petit 36 voire peut être à la rigueur un 37, et MOI , les amazones je les ai toujours imaginées grandes enfourchant de grands chevaux ..pfff là tu nous les montes sur des poneys, et encore même pas double ….tu t’arranges avec la légenge…c’est pas joli joli ça Monsieur ….NAlol

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 14 h 45 min

  16. Hummm!!! Grande-Burne pas fin gastronome, j’ai le pressentiment que mon estomac veut me dire quelque chose. D’ailleurs il ne mérite pas mieux , pis le sapin est de saison. Bises

    Caiçara

    6 décembre 2009 at 14 h 55 min

  17. Où as tu vu des poneys? L’histoire de Grande-Burne se déroule aux alentours des -30000 -40000 ans avant J.C quand la date de domestication du cheval ( et des poneys, puisque tu sembles y tenir) se situe de manière avérée vers le II ou III millénaire avant J.C. Le terme Amazones est employé ici dans un sens générique visant à indiquer au lecteur la psychologie particulière du peuple décrit. Et vous vous attachez à des détails du genre équidé, ou de taille de pompes. Notons que l’on puis être grande et gracieuse. Mais personnellement j’ai jamais essayé.rires.

    Philippe

    6 décembre 2009 at 14 h 56 min

  18. Mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 14 h 58 min

  19. ah ben tiens , j’m’étais fait la même réflection que Ninne rapport aux p’tits pas gracieux , paske même moi , qui ne suis pas haute sur pattes , et bien quand je marche je le fais à longues enjambées ( bon en rapport avec le nombre de centimètres de mes gambettes , d’accord ) , qui c’est qui fait des petits pas gracieux hormis les minettes perchées sur des talons de 10 cms de haut ?y en avaient des talons hauts du tempsde GB ?

    jojo

    6 décembre 2009 at 15 h 02 min

  20. sortez vous des clichés bon sang de bois… on peut être gracieuse même pieds nus!Bon p’têt pas en Bretagne, ce que je sais moi?re-rires

    Philippe

    6 décembre 2009 at 15 h 17 min

  21. LA TAILLE DES POMPES ???? Tu pléonasmes mon Philou …… Oui, je sais nous n’avons pas encore atteint un tel degré d’intimité, mais puisqu’on parle par ailleurs de petit pas, j’en fais un, pas de souci, je suis profondement hétéro, comme déjà dit !!!

    Philippe

    6 décembre 2009 at 15 h 42 min

  22. je m’excuse, je suis morte de rire! et qui me fera une boîte en sapin véritable, et qui sent bon ?? cela doit plus exister, hélas! cerise verte comme un sapin

    CERISE

    6 décembre 2009 at 16 h 40 min

  23. la crémation, ça sent bon aussi

    Philippe

    6 décembre 2009 at 16 h 48 min

  24. Je profite pour faire remarquer qu’on peut être graisseux que l’on soit nu ou habillé.Ensuite je pense que Ninne n’en a rien à battre d’être la demeurée de service…. sauf le Dimanche. Syndicaliste, gauchiste, agent subreptice du renouveau stalinien, pourfendeuse de soutanes et de poulet purée chez Mémé!!!!!!!!!!!!!!!!

    Pascal

    6 décembre 2009 at 16 h 54 min

  25. Ça dépend de l’assaisonnement !

    Dom

    6 décembre 2009 at 16 h 55 min

  26. Je parlais de l’odeur du rôti de Philippe !

    Dom

    6 décembre 2009 at 16 h 56 min

  27. MOI ? plus sage que moi , tu meurs ….

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 16 h 58 min

  28. Après mes siestes, je m’aperçois que trois lignes me suffisent pour dire n’importe quoi et son contraire qui n’est pas plus intelligent que son contraire, c’est dire.

    Pascal

    6 décembre 2009 at 16 h 59 min

  29. je parierais que les cendres de Grande Brune pueraient encore.

    Pascal

    6 décembre 2009 at 17 h 01 min

  30. mon blog est un hymne aux glitters, à l’amour fraternel, au parlé chatié, limite vieille France, jamais un mot plus haut que l’autre tssssssss

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 17 h 03 min

  31. ah ben tiens, c’est comme ici alors!

    Philippe

    6 décembre 2009 at 17 h 07 min

  32. ah mon Philou si ton blog n’existait pas !!!! …avec les coms que ça draine….sérieux , on passerait à côté de kékchose !

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 17 h 11 min

  33. Et ben on demanderait à Philippe de l’inventer, et pis c’est tout!

    Pascal

    6 décembre 2009 at 17 h 44 min

  34. mais que vous êtes gentils…ça cache quelque chose?

    Philippe

    6 décembre 2009 at 18 h 58 min

  35. De ma part, non, mais de celle des filles….

    Pascal

    6 décembre 2009 at 19 h 09 min

  36. je signale que je parle des coms zaussi ….

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 19 h 11 min

  37. Et pis je cache pas que j’aime bien Philippe ! c’est pas nouveau ! mm kan il me fait chier ! euhh c’est vieille France ça comme verbe ???? ah ah ah ah

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 19 h 13 min

  38. Ben dis donc!

    Mata

    6 décembre 2009 at 19 h 21 min

  39. oh Magali ! kan mm c’est pas trop tôt ! héhéhéhéhéhéhéhbises ma tartarine

    ภเภภє.ツ

    6 décembre 2009 at 19 h 25 min

  40. Je sais, je suis chiant. Reste à déterminer les causes de cette chiantitude. J’ai bien une idée mais bon…

    Philippe

    6 décembre 2009 at 19 h 30 min

  41. Mange du riz et surtout bois le bouillon…. mdr!!Ouiii Ninne je suis rentrée… loto de l’école… difficile d’y echapper !!!!!!Tout ça pour rien gagner, pfft!Bises !

    Mata

    6 décembre 2009 at 20 h 34 min

  42. Une mise en bière pression pour moi, merci !

    bibialien

    7 décembre 2009 at 3 h 45 min

  43. sentir le sapin , piner dans l’satin , tiens je t’échange deux mots contre péterie !

    Mimi pinson

    7 décembre 2009 at 7 h 21 min

  44. Pas d’alcool ici Bibi.Satin la route comme jeu de mot, Mimi.

    Philippe

    7 décembre 2009 at 8 h 28 min

  45. "Pas d’alcool ici Bibi." Ben voilà, on a trouvé la cause de ta chiantitude ! :))))

    cata

    7 décembre 2009 at 8 h 37 min

  46. Excellents, les Catas. Bibi, on va essayer de passer des bières en douce et on fera la teuf pendant qu’il écrit. Je crois que Mimi ne sera pas contre…

    Pascal

    7 décembre 2009 at 8 h 42 min

  47. Pas d’alcool, pas de sexe …. mais que reste-t-il je vous le demande !?Merci Pascal

    bibialien

    7 décembre 2009 at 9 h 42 min

  48. réponse à Bibi : l’écriture ..

    jojo

    7 décembre 2009 at 10 h 12 min

  49. Non Jojo, l’écriture Philippe s’en charge, nous, on veut des bières!!!

    Pascal

    7 décembre 2009 at 10 h 50 min

  50. Je pense qu’il y en aura dans la suite des Amazones…d’un autre genre…. :o))

    Dom

    7 décembre 2009 at 10 h 57 min

  51. Yes et une de Noël tant qu’à faire, c’est d’époque

    bibialien

    7 décembre 2009 at 10 h 59 min

  52. le jour ou vous m’verrez refuser un p’tit verre ou une bière-fut-elle de noel , achevez-moi !

    Mimi pinson

    8 décembre 2009 at 7 h 45 min

  53. Elle sentaient le sapin (la mort ?). … ça enjolive drôlement leur portrait. J’adore l’odeur du sapin. La sève parfumait merveilleusement mes Noëls d’enfance. J’aimais également broyer du bout des doigts des aiguilles du sapin afin d’en humer l’odeur.Je fais dans l’écolo maintenant et je suis devenue fidèle. Mon sapin artificiel est robuste. Nous ne sommes pas prêts de nous quitter. La fin de votre Vème partie n’est pas convenablement puante ! ; )

    - T -

    20 décembre 2009 at 22 h 21 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :