"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

La boue

with 54 comments

Mère,

certes je sais que vous auriez préféré me voir intégrer l’école supérieure des arts et métiers  comme jadis  feu mon père, mais je ne pouvais sursoir un jour de plus à l’incorporation sans couvrir de honte notre nom. Sachez que j’ai été nommé lieutenant la semaine dernière, que je me porte bien, et que notre secteur reste relativement calme. Je commande une troupe de bien braves hommes, pour la plupart plus âgés que moi qui semblent, néanmoins, assez bien disposés à mon endroit malgré nos différences sociales. Rassurez vous mère, je fais bien attention à moi, nos tranchées sont profondes et solides, et ce n’est pas demain que les boches passeront. Ne m’en veuillez pas trop d’être parti si vite, je suis certain que père aurait été fier de moi.

 Votre fils dévoué, Lieutenant Étienne D’Astigny-Mérignac.

Ma chérie,

j’attends avec impatience ma prochaine permission, sans doute dans un mois ou deux. On est au front depuis trois semaines déjà et la relève ne devrait plus tarder. J’espère que les petiots vont bien, et qu’ils t’aident aux travaux. Si t’as des soucis pour les foins va trouver le vieux Gautier, il te prêtera bien un cheval de plus pour la carriole. Ici ça va, il fait mauvais mais on a de la chance d’avoir des guitounes bien cossues. On a un petit gars comme chef de groupe, il a encore du lait qui lui sort de la bouche , mais c’est pas le mauvais bougre. Et puis c’est pas le seul gamin ici. Allez, va, on nous compte le papier alors je m’étends pas trop. Je t’embrasse bien tendrement et fais pour les petiots pareil de ma part.

Caporal Aimé Brouin.

Salut mon vieil ami,

Tu aurais cru çà toi, que j’y viendrais un jour dans leur foutue guerre? Moi non plus, mais sais-tu, je ne suis pas le seul:  Pas plus tard qu’hier j’ai revu Martin, tu sais, le type des textiles à Paris. Un socialiste comme nous, tout content de me montrer sa Croix de la valeur militaire. Ça nous change les hommes la guerre. Que veux-tu, on peux plus aller contre, on peut pas se laisser trouer la peau par les boches, alors on fait comme les copains. Les copains d’ici je veux dire. Des jeunes des vieux, des paysans, des ouvriers, et même un aristo figure toi! C’est un réac, mais je sais bien qu’il nous laisserait pas tomber… Il y croit trop à cette guerre. Moi je veux juste rentrer vivant. Et d’ailleurs dès que je rentrerai on se fera toutes les guinguettes de Paris!
Bien à toi.

2 classe Alphonse Pellegrin.

Le matin du 13 fevrier 1916, en Argonne, le 54ème d’infanterie quitta ses positions après une courte préparation d’artillerie. Le lieutenant d’Astigny-Mérignac ne dépassa pas le parapet , une balle le cueillit sous la pommette,  l’envoya bouler à la renverse sur les bras de ses camarades qui le posèrent avec précaution, presque tendrement au fond de la tranchée. Le seconde classe Pellegrin disparut un peu après, soufflé par un obus de 105 tiré par un artilleur Bavarois à dix kilomètres de là. Il atterrit non loin de l’impact, miraculeusement intact, sans la moindre égratignure, la plus infime goute de sang, mais avec le regard abimé de brume qu’ont tous les morts. Aimé Brouin atteignit les barbelés boches à force d’endurance et de courage et s’y empêtra. Il y resta la journée entière, s’emmaillotant de plus en plus à chaque nouvelle tentative de dégagement. La nuit tomba, et il gueula à l’aide jusqu’à ce qu’un Allemand compatissant ne lui envoie une grenade à manche. Au nouveau matin de ce jour, la boue les avait mangé.

Publicités

Written by saiphilippe

11 novembre 2009 à 13 h 26 min

54 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. joyeux 11 novembre à tous!

    Philippe

    11 novembre 2009 at 13 h 36 min

  2. je tape du pied les mains sur les hanches l’air boudeur …j’attend TOUJOURS

    ภเภภє.ツ

    11 novembre 2009 at 13 h 40 min

  3. tu veux vraiment que je mette "bises" après une citation d’Adolf Hitler?

    Philippe

    11 novembre 2009 at 13 h 42 min

  4. NON TU AS RAISON !!!! tu m’énerves, t’as PRESQUE toujours raison…..pfffffffffffffffffffff.

    ภเภภє.ツ

    11 novembre 2009 at 13 h 51 min

  5. Ben finalement il en a fallu que des hommes crèvent pour pouvoir glandouiller le mercredi 11 novembre à s’emmerder ferme et à gueuler contre ses p******* de magasins qu’auraient pu rester ouverts pour qu’on s’amuse un brinme demande pas pourquoi j’écris ça, je n’en sais rien… :)

    mu

    11 novembre 2009 at 13 h 53 min

  6. Bien. Maintenant il faut lire, que je ne me casse pas le bol pour rien.bises ( t’es contente là?) rire

    Philippe

    11 novembre 2009 at 13 h 54 min

  7. C’est bizarre, ici on a pas congé pour le 11 novembre…….. :o(

    Dom

    11 novembre 2009 at 13 h 57 min

  8. Salut Philippe. Ça me fait beaucoup penser aux "Lettres de poilus" édition Librio que j’avais lues il y a quelques années: des témoignages poignants que tu dois connaître je pense. N

    cata

    11 novembre 2009 at 13 h 58 min

  9. Merci Philou …J’ai lu pis ton billet aussi bien sur , me semblait bien que ça allait mal finir pour leur matricule à ces 3 là , bouh, c’est presque pire que la lettre de Guy, va falloir en toucher 2 mots au zigotto qui nous gouverne !Trés bien écrit (comme d’hab)bises

    ภเภภє.ツ

    11 novembre 2009 at 14 h 03 min

  10. je connais mais ne les ai point lues, les lettres de poilus. Mais c’est bien l’idée, oui.

    Philippe

    11 novembre 2009 at 14 h 37 min

  11. C’est toi qui as écrit les trois lettres et imaginé leurs auteurs? Si c’est le cas, je dis chapeau! On n’est pas loin de la virtuosité. Le quatrième paragraphe est lui aussi excellemment tourné. C’est surement l’un de tes tout meilleurs billets. A+

    Pascal

    11 novembre 2009 at 15 h 12 min

  12. merci, oui c’est moi qui les ai faites ces lettres.j’ai "crée" un aristocrate idéaliste, un paysan soucieux de sa terre et un ouvrier socialiste résigné afin de mettre en évidence une certaine forme d’union sacrée dans cette boue de la tranchée. Ce premier conflit fut précurseur à bien d’un titre, il donna naissance a l’esprit totalitaire aussi bien qu’au pacifisme et , évidence avérée, posa les pierres du futur conflit en ne résolvant rien de ce qui avait été le germe du premier.

    Philippe

    11 novembre 2009 at 15 h 25 min

  13. Alors, je réitère. Je suis très impressionné sur ce coup-là. Bravo Philippe!!!

    Pascal

    11 novembre 2009 at 15 h 41 min

  14. C’est celle-là ta vraie plume. Je ne parle du sujet, je ne voudrais pas te limiter à la guerre 14, mais du style que tu as, me semble-t-il, maitrisé comme jamais; plus aucun maniérisme, que de la littérature…

    Pascal

    11 novembre 2009 at 15 h 48 min

  15. … j’ai un livre , récupéré dans une bibliothèque de garnison , où sont retranscrites les lettres des soldats … Ton billet est très bien écrit , mais j’ai vu tout de suite que les lettres étaient de toi . Tout simplement par le langage employé qui est de notre époque . Mais c’est très réaliste et je ne peux qu’applaudir ton talent .Mon père a sauvé du feu pas mal de bouquins de tous genres . Il avait pour ordre de les détruire car la bibliothèque de la garnison se modernisait et les jeunes bidasses ne lisaient plus tous ces vieux bouquins qui racontent dans le détails des campagnes …. Si ça t’intéresse d’en savoir plus à ce sujet , tu dis bises

    jojo

    11 novembre 2009 at 17 h 02 min

  16. Oui, à part "agriculteur" qui n’était peut-être pas très usité…

    Pascal

    11 novembre 2009 at 17 h 26 min

  17. ah merde c’est vrai! bon je corrige.

    Philippe

    11 novembre 2009 at 17 h 33 min

  18. J’ai lu une lettre de soldat qui racontait le plaisir qu’il prenait à tuer, car dans chaque victime il voyais sa mère… Putz!

    Caiçara

    11 novembre 2009 at 19 h 35 min

  19. Comme quoi un serial-killer peut avoir le sens de la patrie et son utilité pour peu qu’on lui invente son terrain de jeu.

    Pascal

    11 novembre 2009 at 21 h 23 min

  20. Et oui pascal! N’empêche que cette histoire m’a donnée des frissons et j’ai fait plein de bisous à mon fils.

    Caiçara

    11 novembre 2009 at 22 h 22 min

  21. ça n’empêchera rien çà… Madame Hitler adorait son petit Adolf.

    Philippe

    12 novembre 2009 at 9 h 09 min

  22. Oh mince! T’as décidé d’être anxiogène Philippe? Maintenant je flippe.

    Caiçara

    12 novembre 2009 at 9 h 21 min

  23. Ha! Ha! Caiçara, tu n’as plus qu’à prier pour qu’on est une bonne guerre qui permettrait à ton fils de s’en tirer avec les honneurs….

    Pascal

    12 novembre 2009 at 9 h 23 min

  24. "pour qu’on ait" c’est mieux, non?

    Pascal

    12 novembre 2009 at 9 h 27 min

  25. Oui mais le petit Adolf devenait détester sa mère de l’avoir fait si laid ….ce qui le rendit aryanisme !!!!

    ภเภภє.ツ

    12 novembre 2009 at 9 h 35 min

  26. Ouff! Je suis tirée d’affaire, mon fils est très beau.

    Caiçara

    12 novembre 2009 at 13 h 17 min

  27. Hou là, ne crie pas victoire top vite, parfois, la varicelle…..

    Pascal

    12 novembre 2009 at 13 h 41 min

  28. et puis qu’est-ce que c’est que cette idée selon laquelle tous les méchants seraient moches?

    Philippe

    12 novembre 2009 at 15 h 12 min

  29. Che pô! Regarde Treiber!

    Caiçara

    12 novembre 2009 at 15 h 24 min

  30. Emile Louis, Holmes, j’accrocherais pas leurs poster dans ma chambre.

    Caiçara

    12 novembre 2009 at 16 h 00 min

  31. Treiber est très beau, enfin je crois, ça fait un moment que je ne l’ai pas vu….

    Pascal

    12 novembre 2009 at 16 h 10 min

  32. moi aussi, je suis impressionnée par cet écrit ! quand l’imaginaire se superpose avec autant de réalismeau vécu d’une période aussi cruelle qu’absurde.. moi je dis chapeau bas m’sieur Philippe !!

    Babel

    12 novembre 2009 at 16 h 28 min

  33. non mais Phil t’as mis tes neurones au repos ????????????je dis paS que les méchant sont forcément MOCHES. je parle de HITLER PAR RAPPORT A SON OBSESSION DE LA RACE ARYENNE…RHOOOOOOOOOOOOOOOOOM"a énervée l’écrivain …..PFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF

    ภเภภє.ツ

    12 novembre 2009 at 16 h 31 min

  34. Ninne, calme toi!Fallait penser à mettre une NB!!!!M’enfin!mdr!Bref, salopards mondiaux, sauveurs de l’humanité, décérébrés, cons patentés, tous ont eu une mère…. qui leur a fait des "gouzi gouzi mon bébinouuuuuu", enfin, presque pask sinon, JE VOIS ARRIVER LA CONTRADICTION……!!!!!!!Ptdr !!!

    Mata

    12 novembre 2009 at 16 h 40 min

  35. Ah bon, j’ai eu peur ! J’ai cru que tu disais qu’Adolphe était moche !!! :o))Pis d’abord : si les méchants étaient beaux…y s’raient comment les gentils, hum ???

    Dom

    12 novembre 2009 at 16 h 41 min

  36. Ceci dit, Hitler, tout comme demi-portion d’ailleurs, etait moche et petit….. c’est ça qui les a rendus aussi "azimutés" chacun dans leur genre????

    Mata

    12 novembre 2009 at 16 h 42 min

  37. aïe, aïe, aïe !!! J’ouvre le parapluie !!! :o)))

    Dom

    12 novembre 2009 at 16 h 43 min

  38. @ MATA : nos comm. sont ds le désordre ! :o))

    Dom

    12 novembre 2009 at 16 h 48 min

  39. Pascal, j’ai des news, il m’a fait un clin d’oeil!

    Caiçara

    12 novembre 2009 at 16 h 58 min

  40. Bel écrit ! On y est, on y croit !

    Morgan

    12 novembre 2009 at 17 h 37 min

  41. Le scoop, le scoop, c’est Caiçara qui planque Treiber!!!

    Pascal

    12 novembre 2009 at 17 h 38 min

  42. Et un méli-mélo de coms!mdr!

    Mata

    12 novembre 2009 at 18 h 39 min

  43. Quelle saloperie, la guerre!Superbe texte.

    Ed

    12 novembre 2009 at 20 h 09 min

  44. d’habitude lorsque je rentre du boulot et que je vous qu’une pluie de commentaires a chu je subodore la foire d’empoigne… pis non, pas cette fois. Vous êtes très gentils tous, sauf Ninne qui s’est énervée je ne sais trop pourquoi ( NB, clin d’œil lol ptdr et touti quanti! et rires aussi)Hitler tout falot qu’il était n’en a pas moins subjugué un pays entier, pourtant fort civilisé, dont le système de protection sociale (datant du Ier Reich de Guillaume Ier et de Bismark) était bien en avance par rapport aux autres états de l’époque, dont la culture était également florissante. Ce type reste une énigme, pathologiquement parlant, historiquement parlant et plus encore , comme je l’ai déjà exprimé, par l’ascendant qu’il eut sur les masses.

    Philippe

    12 novembre 2009 at 21 h 01 min

  45. Quand tu dis "masse", tu veux dire ceux qui étaient un peu marteaux?

    Pascal

    12 novembre 2009 at 21 h 45 min

  46. …ou un peu maillés ! (ça se dit en France?)

    Dom

    12 novembre 2009 at 21 h 55 min

  47. un petit rajout de vidéo: la chanson de Craonne

    Philippe

    14 novembre 2009 at 15 h 08 min

  48. Belle chanson que je n’avais pas entendue depuis très longtemps: 1918 ?

    cata

    14 novembre 2009 at 15 h 47 min

  49. 1917 pour être exact

    Philippe

    14 novembre 2009 at 15 h 55 min

  50. T’as une explication Philippe, pourquoi cette guerre est toujours aussi fascinante? A+

    Pascal

    14 novembre 2009 at 15 h 58 min

  51. c’est la première guerre "industrielle", préfigurée certes par celles, Franco-Prussienne de 1870, et de Sécession entre 1861 et 1865 aux USA. Ce fut celles des mobilisations totales des populations tendues vers un seul but, auparavant malgré la conscription jamais l’ensemble du corps de bataille n’avait à intervenir. pour la France, il s’agit réelement d’une guerre unificatrice, politiquement avec le gouvernement d’Union Sacrée mais plus encore par le mélange au sein des tranchées d’individus qui , sans ça, ne se seraient jamais rencontrés . Il ne faut pas oublier qu’à l’époque le français n’est pas encore parlé usuellement dans beaucoup de provinces. Le décalage entre la doctrine surannée de l’état major et la réalité des avancées technologiques , d’où d’inutiles hécatombes… Le nombre de victimes enfin, qui marqua durablement l’inconscient français. Moins l’allemand pour les causes que l’on sait.Je n’ai pas vraiment d’explication originale, certes, mais ce sont des pistes

    Philippe

    14 novembre 2009 at 16 h 10 min

  52. Si, si, c’est intéressant cette notion d’unification; J’en ai des traces en moi, malgré moi, et sans doute grâce ou à cause de ces 11 novembre qu’on nous forçait à honorer, bien rangés face aux monument aux morts, quand j’étais gosse et à l’école primaire.

    Pascal

    14 novembre 2009 at 16 h 23 min

  53. Merci.

    Pascal

    14 novembre 2009 at 16 h 24 min

  54. Texte superbe!!!

    CERISE

    14 novembre 2009 at 18 h 54 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :