"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Un beau matin…

with 40 comments

Il suffit parfois de si peu de temps pour qu’un univers bascule. Penché à ma fenêtre je contemple cet univers si étrangement familier, alors qu’il ne correspond plus à rien de ce qu’il était la veille… Hier soir je me couchai vers vingt-trois heures, comme à l’habitude . Avant cela, ma foi, beaucoup trop de télé et trop peu de lecture, comme à l’habitude. Un bouquin de Lovecraft, « Dagon » , pour autant qu’il m’en souvienne. Hier est si loin déjà.  

La radio s’alluma automatiquement à sept heures précises, déversant un flot de musique tonitruante qui me réveilla et m’indisposa presque immédiatement. « Qu’est ce que c’est que ce truc! ». Je ronchonnai, et lourdement, après m’être levé d’un pied complètement gauche, je fis les quelques pas me séparant de l’appareil .  Apparemment la radio s’était déréglée, toute seule. S’il est bien une chose que je ne tolère pas, c’est le désordre, aussi j’actionnai la molette de réglage afin de retrouver « rires et chansons », la station chargée de mon réveil depuis bientôt cinq ans. Je tournai et retournai ce maudit bidule sans parvenir à trouver autre chose que des programmes d’informations, auxquels je n’accordai aucune attention, d’autres de musique classique, ou au antipodes, de « death métal ». Étrange.

Laissant là ce poste rétif après l’avoir copieusement insulté puis éteint, je repris le cheminement usuel de mon existence basique. Un passage en cuisine, café au lait, biscottes. Je me pose à table, saisit mon Dagon, et déjeune normalement tout en lisant. Et c’est en rangeant l’ouvrage que je reçus un choc. Un cambrioleur était venu! Mes livres, mes précieux livres avaient disparu. Paniqué je fouillai les étagères où aurait du se trouver quantité de bouquins d’histoire, de science-fiction, et ma collection des œuvres d’Émile Zola. Il ne restait que quelques recueils , épars, mais dont les titres ne m’évoquèrent rien. Inconnus au bataillon!? La panique me faisait perdre les pédales, sans doute. Je courus jusqu’à ma porte d’entrée… que je trouvai intacte et fermée, la clé dans la serrure, comme je l’avais laissé la veille. La fenêtre alors? Impossible! Mon lit se situe en dessous, le brigand m’aurait immanquablement réveillé. Tout ceci m’angoissait de plus en plus, je me rassurai néanmoins en songeant à une blague possible de la part de quelques amis particulièrement retors. Nonobstant que l’occasion pour une telle farce me semblait faire défaut: ce n’était ni ma fête, ni mon anniversaire. Je pris, à tout hasard, un calmant, en essayant de chasser de ma pensée l’idée que, oui peut-être, après tant d’années sur le fil du rasoir, j’étais finalement devenu fou.

La penderie fit regain de mes craintes, mes habits n’étaient plus les mêmes. Où étaient mes survêtements?  Tout m’était d’un coup étranger. Je n’étais plus chez moi! Pas possible autrement!  On ne m’avait pas volé, on m’avait drogué et placé ici! Pourquoi? Je furetai du regard cette pièce soudain inconnue, en proie à des sueurs froides, un fleuve de peur glaciale qui me creusait l’échine. Un ordinateur!  Il se trouvait sur le coin d’une table qui semblait mienne , à l’endroit exact où ma véritable table se trouvait en réalité. Il s’alluma volontiers, accepta également le code confidentiel, et me laissa pénétrer la messagerie de Philippe Reguillon. Je fus presque dépité de voir mon nom. J’étais fou, voilà. Me resterait-il assez de lucidité pour appeler l’hôpital? Et mes classes, qui allait s’occuper de mes classes?

Le téléphone sonna. Je le savais mien, désormais.

La voix demanda:  » quand arrivez-vous, chef? les jeunes vous attendent! ».  Loin de moi, ma voix répondit:  » je descend immédiatement, rassemblez les! ». J’avais mal à la tête.  Des  images terrifiantes, en flashes, percutaient ma mémoire, et à grand peine je rejoignis, à nouveau, la penderie, puis enfilai ma tenue. Plus tard,  dans la glace de la salle de bain,  mon visage me souriait, j’ajustai ma cravate noire, tirai sur les manches de ma chemise. Brassard bien en place.  Des souvenirs exogènes ne cessaient de se greffer sur les anciens, ceux qui m’accompagnaient depuis toujours. Animé d’une ardeur brulante, pétri de sentiments contradictoires, je parvins à la fenêtre, et vis de jeunes élèves en contrebas, qui m’accueillirent en chantant… le  « Panzerlied ». Mon bras droit se leva, sans que j’en eut véritablement conscience. Comme de ce cri guttural qui déchira ma poitrine en emportant mes dernières résistances: Zieg Heil!

Je me suis couché le 5 novembre 2009, Philippe Reguillon, éducateur sportif à Dijon, République Française. J’avais fait de piteuses études, passant plus de temps au bureau du syndicat UNEF qu’à la bibliothèque. Je me suis levé le 6  novembre 2009, Philip Reguillon, Obersturmfuhrer der Hitler-Jugend, Dijon, Burgonienstadt. J’avais fait mes études à l’université Aryenne de la capitale mondiale, Germania, anciennement Berlin. Notre Führer bien aimé, était mort en 1970. Les barbares judéo-bolcheviques vivaient encore, pauvres zombies, au delà des zones vitrifiés de l’hiver nucléaire, Thorr seul savait comment…

Et tandis que nos bottes écrasaient en chœur les pavés, les ultimes bribes d’un moi qui n’était plus, qui n’avait jamais été, disparurent à jamais.

Publicités

Written by saiphilippe

6 novembre 2009 à 11 h 13 min

40 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. note à benêts: c’est de la science-fiction!

    Philippe

    6 novembre 2009 at 11 h 13 min

  2. As-tu vu "Amen" hier soir, ceci expliquerait peut-être cela !Bizzz

    bibialien

    6 novembre 2009 at 11 h 23 min

  3. Whaouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !!!alors là je suis sur le cul …MAGGGGGGGGGGGG …viens lire ça !! ca va te faire penser à qlque chose !!! Le syndrôme Copernic !! oui oui , sur le cul la NiNne !!!Va vite ds le métro , Philou !! merde ya pas de métro à Dijon ??? remerde …comment faire ,comment faire ???? Surtout paS chez ton psy ,C UN FAUX. Tes amis ???? DES FAUX AUSSI …….il faut faire qqls chose Mag !!!!bé merde alors !!!! arfffffffff

    ภเภภє.ツ

    6 novembre 2009 at 11 h 24 min

  4. Pas vu "Amen" non…

    Philippe

    6 novembre 2009 at 11 h 26 min

  5. c’est quoi le syndrome Copernic?

    Philippe

    6 novembre 2009 at 11 h 27 min

  6. Benêt(e) à Philippe : t’as bien fait de préciser ; j’ai d’abord cru à une recette de cuisine ! Mais j’ai bien aimé quand même ! :o))

    Dom

    6 novembre 2009 at 11 h 28 min

  7. Oui!!!!!J’ai accourru!!!Effectivemnt y’a du syndrôme Copernic (un bouquin philou…)Le tout mélé à la 4ème dimension…..Putain!S’endormir sous sarko et se reveiller sous post-hitler… cauchemar…cauchemar!!!!!Bises !

    Mata

    6 novembre 2009 at 11 h 33 min

  8. Bah, ce qui est sûr c’est que je ne suis pas près d’aller dormir chez toi… A+

    Pascal

    6 novembre 2009 at 11 h 37 min

  9. Heureusement pour toi et pour nous que c’est de la science-fiction….Par contre pour moi, ce matin pas de science-fiction mais de la réalité, même pas un cauchemar, j’aurai préféré…..Zut, c’est WATERLOO…..J’aime beaucoup ton histoire, j’adore te lire d’ailleurs, je n’aime plus ma vie….Faut que j’en change…..Je t’embrasse…..

    Yuna

    6 novembre 2009 at 12 h 05 min

  10. 1 brin Kafkaïen cette histoire .. à mon avis, tout vient de cette satanée radio qui n’était plus branchée sur "rires et chansons" ! ;))

    Babel

    6 novembre 2009 at 13 h 53 min

  11. bohhh , ce n’était qu’un vilain cauchemard Phil , tu es bien trop noir de poil pour être pris pour un aryen …..s’endormir sous sarko et se réveiller sous sarko est également un cauchemard assez généralisé dans la population française actuelle ….excellent texte , Phil , il me plait beaucoup

    jojo

    6 novembre 2009 at 15 h 00 min

  12. mouais mouais, moi je constate ki mm , que le sieur Philippe est drôlement influencé par les infos ,20 ans que le mur est tombé, 20 ans qe l’on célèbre la chute de la sacro sainte stasi, moi je crois que ton esprit se mélange les pinceaux allégrement ds tout ce qui est pensée unique ………..ta ta ta Pour preuve ; la radio, une émission unique. Il te reste qu’un ouvrage que tu connaisses,aprés verification des issues ( la porte d’entrée normal,) on se rend compte que tu n’as qu’1 fenêtre ds l’appartement, celle de la chambre….Et le plus alarmant, vivi c’est que vivant seul tu trouves le moyen de mettre un code confidentiel pour accéder à ton PC ….hum hum hum…En tout cas je me dis que tu as eu de la chance de trouver un calmant ds cette bienheureuse maison et vie du presque bonheur !!!!!!bravissimo PhilipN.B. tu vois que tu as eu le temps !!!Bises NiNne

    ภเภภє.ツ

    6 novembre 2009 at 16 h 52 min

  13. la pensée unique je la retourne et lui fais comme à Thérèse…j’ai voulu à travers ce texte aborder la question des univers parallèles. Un incontournable en SF. Peut être existe t-il une multitude d’avenirs possibles. Et il faut bien le dire, pour qu’il y ait matière, il vaut mieux que ce soit un univers terrifiant.Faire un bouquin entier sur un monde devenu celui des Bisounours ne me parait pas intéressant.Et oui je voulais faire un truc sur le mur de Berlin, mais cela n’évoque pas grand-chose pour moi. Je me souviens pourtant des faits, d’avoir été 5 minutes content pour les Allemands et sitôt après, fort enclin à faire couler leur sang impur, ( j’exagère, bien sûr, disons que cela me rendait vaguement inquiet) au cas où ils auraient manifesté la moindre velléité de reconstruire la Grande Allemagne. A l’époque et à l’instar de Malraux j’aimais tellement l’Allemagne que j’étais content qu’il y en ait deux.Je m’étais pourtant rendu à plusieurs reprises au delà du Rhin, causé avec des germains sans éprouver la moindre animosité à leur endroit. Mais bon, quand on grandit dans le bain de l’histoire, il en reste fatalement quelque chose.Ça s’est un peu tassé depuis, je vous rassure.

    Philippe

    6 novembre 2009 at 17 h 06 min

  14. c qui les bisounours ???? bravo Philou, ton texte me plait et tu le sais ….Bises à toi NiNne

    ภเภภє.ツ

    6 novembre 2009 at 17 h 12 min

  15. En tout cas je trouve qu’il serait interressant que tu extrapole encore et encore genre nouvelle ou bouquin pourquoi pas…. Espèce de feignant! Tu vas t’y mettre oui ?????????

    Mata

    6 novembre 2009 at 17 h 14 min

  16. mais c’est pour ça que je cherche la vraie bonne idée.J’entrevois bien comment extrapoler chacune des nouvelles que je commets, mais oui vraiment je cherche le truc méga original.Là c’est cuit, vu que ça vous a rappelé un bouquin ( le syndrome de Copernic) que je ne connaissais pas.

    Philippe

    6 novembre 2009 at 17 h 20 min

  17. Sur certains points seulement mais dans le syndrome de copernic y’a pas de monde parallele !Fonce, vraiment ça me plairait une histoire complete sur ce sujet….Et si et si….

    Mata

    6 novembre 2009 at 17 h 25 min

  18. D’autant que…Papa sarko a fuit la hongrie à la fin de la guerre à l’approche de l’armée rouge mais visiblement s’entendait très bien avec les nazis….. on peu imagine demi-portion ayant un poste important dans cette dimension là et la famille de carla etant d’origine juive convertis on peu imaginer qu’elle serait en camp ou du moins aurait un role d’esclave…. hein?????

    Mata

    6 novembre 2009 at 17 h 30 min

  19. Je ne crois pas trop à "l’ idée", tous les cerveaux humains écrivains ou autres créatifs ont leurs limites, et depuis le temps qu’on écrit, on le saurait si on avait laissé trainer des idées…neuves ! C’est la narration qui est intéressante. Ce qu’il y a de bien ds tes histoires, c’est que l’on "voit" parfaitement les scènes ou les personnages. Ça ferait de bons synopsis pour des scénarii de films. Des courts-métrages par ex. Des séries de nouvelles font aussi un bouquin ! Mais je ne suis pas éditrice, par contre je ne m’ennuie jamais quand je lis des nouvelles, of course !

    Dom

    6 novembre 2009 at 17 h 35 min

  20. Pendant un moment je croyais lire un chapitre du livre que je suis en train de lire en ce moment; "Fractures" de Franck Thilliez, mais tu écris beaucoup mieux que lui. Bises et à bientôt!

    Caiçara

    6 novembre 2009 at 18 h 30 min

  21. encore un que je ne connais pas. Thilliez. Merci à tous pour vos commentaires et suggestions.

    Philippe

    6 novembre 2009 at 19 h 06 min

  22. te connaissant, j’avais compris… mais tu as réussi à me surprendre!!!

    Sylvie...

    6 novembre 2009 at 19 h 57 min

  23. on se retrouve effectivement dans l’ambiance d’AMEN…ou peut-être même parfois dans l’ambiance de notre propre quotidienpour certains défaitistes (réalistes ?)heu, je préfère mon bonheur bienheureux le tout plongé dans une ambiance gnangnan….et c’est pourquoi j’aime à lire tes mondes pas-rallèles, parrallèles (et je n’ai pas dit : pas Ralel !!!)merci pour ces histoires (romancées.. ouf !) belle journée Phil !

    Loofy

    7 novembre 2009 at 7 h 18 min

  24. Besson et Hortefeu des muses ? Non, non, non Philippe doit être très fatigué en ce moment ! Tu peaufines ton style Philippe, il n’y a plus les clins d’œil aux lecteurs qui ne cassent plus le rythme de la lecture et c’est mieux ainsi…Enfin pour moi ! :)BRRRR mais ce récit là m’a fait froid dans le dos,Minou

    cata

    7 novembre 2009 at 7 h 25 min

  25. c’est bien le but mon cher Minou.

    Philippe

    7 novembre 2009 at 7 h 33 min

  26. faut pas manger trop lourd le soir !!!! çà plombe un peu le moral ! mais relativisons , ç’aurait pu être pire : tu aurai pu te réveiller dans la peau d’une blonde !! ha ha !!!!!superbe texte !!!!

    Mimi pinson

    7 novembre 2009 at 7 h 48 min

  27. Terrible déviance de notre histoire. Étonnant que le pouvoir de Germania est laissé accès libre à l’Internet. :)

    Christophe

    7 novembre 2009 at 9 h 38 min

  28. Tu ne trouves pas ça étrange le nombre de femmes qui veulent te mettre au boulot? A+

    Pascal

    7 novembre 2009 at 10 h 01 min

  29. mon cher philippeil faut se contenter d’un roman pour illustrer le fond de sa penséetu as raison de le faire

    Franck

    7 novembre 2009 at 10 h 15 min

  30. C’est plutôt au plaisir qu’on veut le mettre : écrire est un plaisir sans fin, non ? Quand c’est fini on recommence ! Youpie !

    Dom

    7 novembre 2009 at 10 h 16 min

  31. ce ne serait pas internet évidemment, mais intra-reich…j’ai une vision de ce monde ubuesque, une sorte de guerre froide entre ce qui resterait des démocraties ( en Amérique du nord)et des conflits de basse intensité entre pro-nazis et démocrates en Amérique du sud. L’Angletterre après la chute de l’URSS aurait accepté la paix de Hitler ( son projet historique initial) à savoir: contrôle des mers et maintien de leur empire colonial, contre une alliance et les mains libres dans les affaires continentales. Démantèlement de la France en provinces germanisées ( Burgonien, Normandien, Britanien, destruction de tous les anciens symboles de l’unité française de Paris ( tour Eiffel, arc de triomphe, Panthéon etc), le sud de la France cédé à l’Italie Mussolinienne ainsi qu’une partie de son ancien empire en partage avec l’Espagne Franquiste. Alliance avec les Afrikaners d’Afrique du sud. Les zones de jungle et de désert de l’Afrique centrale laissées à elles mêmes sous la dénomination de Zones Safari, ou de riches nazis et affidés se rendraient en raid pour chasser ( et pas seulement les bêtes…).En extrême Orient le Japon Impérial tiendrait sa sphère de co-prospérité, et les régions côtières de la chine, sans plus chercher à pénétrer l’intérieur des terres, à cause des Zones vitrifiées au delà desquelles ce qui resterait de "Rouges" se terreraient, affamés et soumis aux radiations. Les zones vitrifiés recouvriraient l’Oural au nord, pour protéger la Russie "utile", l’est du Kazakhstan jusqu’au nord de l’Inde.à charge pour la marine impériale japonaise la surveillance du pacifique nord pour empêcher toute incursion éventuelle en partance des cotes du Kamchatka. Bien improbable… mais sait-on jamais?En résumé, il resterait d’un coté les Américains ( au sens général) de l’autre les nazis et leur alliés, et l’inconnu: que se passe t-il vraiment dans les zones "Safari" et derrière la barrière nucléaire des Zones vitrifiées…Sans compter le personnage principal? va t-il s’intégrer dans ce monde? recouvrer son passé de l’autre-terre? est-il le seul dans ce cas?Suspense…

    Philippe

    7 novembre 2009 at 12 h 39 min

  32. Ah oui ah oui!!!!Au boulot PDDD !!!!

    Mata

    7 novembre 2009 at 12 h 46 min

  33. ben , t’as du matos là pour écrire un bouquin .J’ai été une passionnée de science-fiction de mes 15 à mes 18 ans ; je ne lisais que ça . A 14 ans , c’était les Agatha Christie .J’ai élargi mon champ de lecture … grandement élargi même , car curieuse et gourmande j’aime goûter à tout .. ou presque . J’avoue que stefen king et autres trucs sanglants , ça ne me dit rien . Mais j’ai jamais mis mon nez dedans … si ça se trouve , ça me plairait …Tes écrits me plaisent … même quand c’est saignant ! ( sourires)

    jojo

    7 novembre 2009 at 13 h 36 min

  34. C’est pas possible, tu t’es mal rémis d’une obligation domestique… fantasmer sur la vitrification du monde… tu serais, si on te laissais faire, l’égal de ce général américain qui après avoir traité son jardin à l’anti pesticide en a répandu des milliers de tonnes sur le Viet Nam. Comme quoi, quoique tu imagines, il y a toujours un connard de colonialiste militaire qui a déjà fait pire . Du coup, tu as vraiment du matériel pour tenter d’approcher la réalité. Saluti. JB

    Jean Baptiste Lucchini

    7 novembre 2009 at 13 h 59 min

  35. Un oubli à réparer… ça existe encore, le syndicat UNEF ?

    Jean Baptiste Lucchini

    7 novembre 2009 at 14 h 01 min

  36. On peut dénoncer en se mettant dans la peau du monstre aussi bien, et même mieux je trouve, que dans celle du justicier. Dans un livre je veux dire. Pour faire un roman, cela dit, il me manque la méthodologie, quelqu’un aurait-il une idée?En ce qui concerne le colonialisme, on pourrait en discuter, mais là aussi ça prendrait des plombes. Mais, restes d’historien oblige, je me garde bien de juger le passé à l’aune de nos pensées actuelles. Quand on parle de colonisation, on fait généralement allusion à la période la plus proche de nous, celle des XIX et XX siècles, avec d’ailleurs une forte attraction pour ce dernier… ce qui revient en fait à parler des conflits de la décolonisation.La colonisation est un phénomène aussi vieux que le monde. Toutes les grandes civilisations s’y sont adonnées à cœur joie, des Egyptiens, aux Romains, en passant par les Grecs. Les Arabes furent aussi de grands colonisateurs. Les empires Aztèques, Mayas, Incas, étaient de type colonial également avant de choir sous les coups des Espagnols, mais plus encore de leurs propres dissensions ( Cortès ne prit Tenochtitlan, Mexico, qu’avec le concours d’autochtones rebelles). Finalement, les Européens au sens large furent les derniers, de 1492 au XX siècle… Aujourd’hui on assiste au summum de la colonisation: dépendance économique du tiers monde envers le nord, FMI et cie en tête, sans aucune contrepartie. Parce qu’on dira ce qu’on voudra, mais force est de constater que le peu d’écoles, d’hôpitaux, d’infrastructures que les européens apportèrent aux peuples colonisés sera toujours mieux que rien. Certes, à un prix élevé pour ces derniers. Et ce n’est pas un hasard si les leader révolutionnaires du tiers-monde, qui libérèrent leurs peuples respectifs, Ho-Chi-Minh, Ben Bella, entre autres, sont issus des bancs de l’école laïque, républicaine, et… Française.

    Philippe

    7 novembre 2009 at 14 h 25 min

  37. à vrai dire j’étais à l’UNEF-ID ( les soss’ quoi) l’UNEF c’était les cocos.Aujourd’hui le syndicat est à nouveau réunifié sous l’étiquette UNEF. et il existe encore.

    Philippe

    7 novembre 2009 at 14 h 27 min

  38. heuuu .. tu es blond aux yeux bleus ?? nonnnnnnnnn … c’est un rêve . lolll elle fait froid dans le dos ton histoire …. bisous Phil bon week end

    Odha

    7 novembre 2009 at 14 h 46 min

  39. ben, je vois qu’on a eu les mêmes cours (sur la colonisation…) :)moi aussi, je cherche une méthodologie pour un roman… c’est d’ailleurs pour ça que je préfère les nouvelles (logique!) tendance billet (’cause du Net)

    Sylvie...

    7 novembre 2009 at 15 h 14 min

  40. tout simplement : d’histoire (pour les cours)

    Sylvie...

    7 novembre 2009 at 15 h 15 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :