"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Genèse II

with 36 comments

Mais il n’était pas dit que les aventures de notre héros se termineraient ainsi, dans le froid glacial ,presque solide, de la vaste forêt boréale. La Divine Providence s’avisa soudain de la bonne blague qu’il y aurait à faire si elle laissait vivre cet abominable poussin. Elle eut soin d’instiller dans l’esprit d’un homme intègre et au dessus de tout reproche l’envie d’une ballade en milieu forestier. Malheureusement le seul juste qu’elle dénicha vivait à des lieues de là, loin,  très loin dans les montagnes septentrionales de la frange sud de la canopée ( cette phrase ne veut rien dire, mais faites pas chier! la Divine Providence m’inspire).

L’homme sage et de l’age quasi-canonique pour l’époque de trente-cinq ans,  était bon et généreux, épris des arts et des lettres, et sensible aux signes du destin. Ainsi donc,  lorsque il vit la tache en forme de département des Yvelines surgir inopinément sur la fesse gauche de sa compagne il sut ce qu’il avait à faire:  Il se mit prestement  en quête de cette putain de forêt merdique en se demandant ce qu’il y trouverait, par pitié pas un lapin, il ne pouvait pas blairer les lapins,  et tout en marchant maudissait cette conasse de Divine Providence qui lui faisait quitter son foyer moelleux alors que vraiment il se serait bien tapé une grasse matinée. Il se disait aussi, dans le dedans de sa tête, que si ça continuait comme ça il se ferait athée et… son orteil percuta un gros caillou, et  la douleur le fit  revenir à des pensées plus saines. Faut pas faire chier la Divine Providence, Il me semble bien vous l’avoir déjà dit.

Hors, pendant ce temps là, le bourru bébé Grande-Burne seul dans sa clairière ne se demandait rien de particulier, mais par contre crevait littéralement la dalle. La Divine Providence essayait bien de le guider vers telle ou telle racine sinon aguichante au moins nutritive, mais l’esprit du bébé demeurait rétif à la sainte pénétration. Toutefois il s’en sortit bien tout seul en suçotant le seul morceau de viande accessible à ses petites canines, à savoir le corps sans vie de maman Grande Burne. Celui ci ,d’ailleurs, gagnait dans la mort la saveur qu’il n’avait pas eu de son vivant, comme quoi il ne faut jamais désespérer. Deux mois passèrent ainsi avant que les frondaisons ne laissasses apparaitre le sauveur, couvert d’écorchures, de fientes d’oiseaux mesquins, de sangsues chopées dans divers ruisseaux tous plus boueux les uns que les autres, sans compter la conjonctivite carabinée contractée à cause de ses multiples rencontres avec des lapins. Les seuls animaux qu’il lui fut donné de capturer au reste, les autres s’étant mystérieusement évaporés aux moments fatidiques quand il croyait les tenir. La Divine Providence est un peu salope parfois. Il se consolait en se disant que de toutes ces terribles épreuves il tirerait, à son retour, un livre qu’il nommerait: "L’Odyssée". Laissons le rêver un peu.
Pour l’heure il se contenta, dégouté, d’attraper le bébé  pour le retirer du tas de fumier sur lequel il reposait. Il faut dire que Bléno s’était légèrement flétrie, avec la décomposition, le climat rude, et les canines de son fiston et tout ça,  tant est si bien qu’elle en était devenue méconnaissable. Mais pas vraiment plus moche, il faut le reconnaitre.

Le voyage du retour s’effectua sans incident notable, pas plus qu’à l’aller en tous cas et c’est sous un soleil éclatant que l’homme et son fardeau, mais que ce bébé était lourd, firent leur entrée triomphale dans le village. Sis aux pieds d’une montagne magnifique de pinèdes éparses, de gros rochers sympathiques où des bouquetins cabriolaient innocemment sous les regards attendris de l’aigle emportant la progéniture de l’un d’entre eux afin de l’éviscérer bien à l’aise, le patelin était un vrai décor de carte postale. L’homme, épris des arts et des lettres, se promit de les inventer un de ces jours, en contemplant le Mont Bleu, leur montagne,  à lui et au peuple si cultivé dont il était le chef. Ils auraient mieux fait d’être épris de géologie, vu que le mont Bleu était un volcan, mais bon n’anticipons pas. Crao, car c’était lui, mena le nouveau-né dans sa cagna où l’attendait l’âtre rassurant de la cheminée et celui bien profond, et d’une douceur incomparable, de sa chère femme Térébenthine. Il déposa bébé Grande-Burne dans le berceau, auprès d’un autre poupon, tout rose de fossettes et blondinet de chevelure, qui faisait "areuh areuh" exactement au bon moment, dormait ses nuits entières, faisait des cacas faciles à nettoyer et de petits rots de digestion adorables; quand bébé Grande-burne bavait comme un dogue, rotait comme un porc, chiait des fientes apocalyptiques, et beuglait comme un veau au lieu de babiller. Le poupon s’appelait Rahan, et Grande-Burne fut son frère.

à suivre…

note:  Rahan et Crao sont des personnages de la bande dessinée " Rahan, le fils des ages farouches" par Lécureux et Chéret

Publicités

Written by saiphilippe

4 octobre 2009 à 17 h 37 min

36 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Comme quoi ! Il suffit de demander ! Juste après mon com sur le billet précédent…. Je vais lire, je reviens…

    Michel

    4 octobre 2009 at 17 h 41 min

  2. myxomatose ou conjonctivite ? Grande-Burne frère de Rahan fils de Crao, t’as pas honte de tuer des mythes enfantins ?

    Michel

    4 octobre 2009 at 17 h 47 min

  3. Quand j’étais p’tit, j’avais le coutelas en vrai ivoire plastique, et le collier de griffes d’ours en PVC. :-P

    Michel

    4 octobre 2009 at 17 h 49 min

  4. De la génération Pif gadget…

    Michel

    4 octobre 2009 at 17 h 49 min

  5. P’ting! dis moi pas qu’il a pas bouffé Rahan ce gros dégueulasse, parce que Rahan c’était un héro de ma jeunesse…

    JiPi

    4 octobre 2009 at 17 h 51 min

  6. toutes les familles recèlent leur part d’ombre, Michel. Je me dois à la vérité historique! lol

    Philippe

    4 octobre 2009 at 17 h 52 min

  7. De plus en plus trash (mais j’adore), comment cela va-t-il finir ? Il peut bouffer Rahan le monstre, moi mon héros était Kronos (L’homme de l’âge de pierre), beaucoup plus sexy que le blondinet ! :))Minou

    cata

    4 octobre 2009 at 18 h 10 min

  8. Tant qu’il bouffe pas Bob Morane

    JiPi

    4 octobre 2009 at 18 h 17 min

  9. mais enfin, il bouffe ce qu’il trouve le pauvre bougre. Je vous trouve injustes envers lui. Et d’ailleurs, autant vous l’avouer tout de suite, il ne mangera pas Rahan! rassurés?

    Philippe

    4 octobre 2009 at 18 h 37 min

  10. MDR !

    Michel

    4 octobre 2009 at 18 h 58 min

  11. J’me disais bien… Crao……… et puis Rahan… trop fort!la chaleur d’un foyer pour Grande-Burne?

    Sylvie...

    4 octobre 2009 at 19 h 20 min

  12. Petite annotation historico-véridique : Rahan est, avec son célèbre coutelas, à l’origine du non moins célèbre jeu (dans les cantines), qui consiste à tordre une cuillère, à la faire tourner sur la table en pensant à quelque incantation magique, pour qu’elle nous indique qui nous aimons ou qui nous aime. Ben oui, afin d’obtenir ce genre de prédiction, c’est quand même plus facile de faire tourner une cuillère sur la table qu’une table sous une cuillère. Mais je crois que je sors un peu du sujet…

    Flo

    4 octobre 2009 at 20 h 16 min

  13. C’est grâce à Rahan, en revanche, que la terre se mit à tourner sur elle-même, sous le coutelas du-dit, parce que lui-même n’était pas encore suffisamment adroit pour être fichu d’impliquer un mouvement de rotation à son outil. Merci Rahan !

    Flo

    4 octobre 2009 at 20 h 26 min

  14. Je me disais bien que ça me rappelait quelque choseElle s’arrête à combien de chiffres ta genèse ? T’as pas les dessins qui vont avec ?Tout ça me donne envie de viande d’un coup d’un seulBizzz

    bibialien

    5 octobre 2009 at 1 h 55 min

  15. autant qu’il en faudra Bibi.

    Philippe

    5 octobre 2009 at 6 h 11 min

  16. Comment ne pas finir couillon quand on est le frère d’une grande burne? Voilà l’angoisse chronique de Rahan… A+

    Pascal

    5 octobre 2009 at 7 h 28 min

  17. Moi aussi je vivais dans la frange sud de la canopée. Merci pour la précision, je ne connaissais pas ces personnages. Bien rigolé en tout cas. J’aime, j’aime!

    Caiçara

    5 octobre 2009 at 8 h 49 min

  18. Encore, j’adore ça tes écrits….As-tu regardé le film hier au soir finalement? Bisous….

    Câline

    5 octobre 2009 at 11 h 23 min

  19. Bébé Grande-Burne me fait penser de plus en plus à Jean-Baptiste Grenouille, le gentil meurtrier du livre "Le Parfum", ces deux héros ont déjà un point commun, dès leur naissance, ils sont dans la merde ! :))Et puis appeler Térébenthine une femme au foyer, qui cuisine devant une cheminée, c’est risqué non ? Minou

    cata

    5 octobre 2009 at 11 h 51 min

  20. Ben moi ça m’a donné envie de chocolat…vas donc savoir pourquoi!

    Mata

    5 octobre 2009 at 12 h 09 min

  21. pas glop pas glop , comme on dit chez les non-fumeurs !!!!!mais que c’est bien écrit ! j’adore !

    Mimi pinson

    5 octobre 2009 at 13 h 47 min

  22. Ah mais Grande-Burne à une odeur lui.Oui j’ai vu le film est mon avis est mitigé. Il est ardu de rendre au visuel des sensations olfactives combien même le réalisateur ait parfaitement entendu le propos de Süskind et sans faute de goût, on touche là à l’impossible…

    Philippe

    5 octobre 2009 at 15 h 25 min

  23. Je trouve ce film malgré la critique très tiède qui a accompagné sa sortie à placer parmi les meilleurs. La débauche d’images en début de film par exemple restitue bien ce que parvient à faire l’auteur dans le livre avec des mots. Et vraiment il faut saluer la prodigieuse qualité du travail des costumes qui nous représente les différentes couches sociales en costume d’époque (cela est habituel) mais provençal (là est le tour de force!). On peut trouver la forme un peu académique mais finalement pas plus ni moins que celle de Barry Lyndon porté au pinacle. Enfin nous nous avons vu ça en panavision, pas en télévision et c’était du grand grand spectacle avec une interprétation et une mise en scène époustouflante. Hoilà !

    cata

    5 octobre 2009 at 15 h 38 min

  24. envisages tu une publication de tes oeuvres? y a t’il un editeur ds la salle?

    lionel

    5 octobre 2009 at 16 h 41 min

  25. ben je suis déjà sur un magazine du net: DésinVolt ( mais bon je gagne pas une thune avec)et puis j’écris surtout des nouvelles ( et des conneries) , un genre assez peu porteur apparemment. Faudrait un roman, mais bon, j’ai un métier assez prenant.

    Philippe

    5 octobre 2009 at 20 h 05 min

  26. Ah ! Si j’étais éditeur…

    Flo

    5 octobre 2009 at 20 h 25 min

  27. Rien n’interdit d’écrire de nouvelles conneries. Y’en a qui s’en régalent, comme moi, quand leur métier leur permet…Tous mes encouragements !Flo

    Flo

    5 octobre 2009 at 20 h 42 min

  28. C’est de la bonne, en tarpet, en infu…Mais ça le fait, tu nous emmènes et nous on te suit dans ton délire, lol Et en vrai, il était trop mignon bien dessiné et j’aimais trop les bd de Rahan que je piquais à mes grands frères

    Chantoune

    5 octobre 2009 at 20 h 46 min

  29. Moi je les aime tes nouvelles!Qu’elles soient délirantes ou historiques,y’a toujours des perles dedans (au propre comme au figuré)Un éditeur intelligent et à l’esprit ouvert serait le bienvenu !Bises

    Mata

    5 octobre 2009 at 21 h 02 min

  30. Qui c’est qu’a pété? C’est Mata?

    Pascal

    6 octobre 2009 at 7 h 00 min

  31. moi qui suis amoureuse des mots .. avec toi je suis tjrs au paradis ..encore du très bon de chez PHILIPPE !!et c est ou qu on les trouve ???????A DIJON!!!et oui !!!bonne journée a tous

    LA DAME

    6 octobre 2009 at 7 h 25 min

  32. juste un coucou … je reviendrais lire + tard

    jojo

    6 octobre 2009 at 9 h 18 min

  33. et j te signale que j’avais noté que je reviendrais lire !!!nanmèho donc j’ai venue , j’ai lu et j’ai repartue ..mouais bof bof , très bof … mon com pas ton chef d’oeuvre de littérature !crao et rahan , c’est des potes à moi , ils ont accompagné mon adolescence , d’ailleurs il me semble que mon ptit frère a gardé sa collec de Rahan ….Je vais lire les coms ……

    jojo

    6 octobre 2009 at 13 h 19 min

  34. bon soyons sérieuse 2 secondes ..je m’éclate à lire tes délires , alors t’inquiètes pas , entre 2 coups de mous , je trouverais toujours assez d’énergie pour venir lire tes billets bises PDDD

    jojo

    6 octobre 2009 at 13 h 25 min

  35. Ecris le ce roman, Philippe…à tes moments perdus… il y en a toujours.. quand tu peux…écris des paradraphes, des phrases, et tu pourras ensuite tout relier..Ecris le ce roman.. et publie le.. tu auras déjà pas mal de lecteurs.. tous ceux qui écrivent des com, et tous ceux qui passent, lisent régulièrement mais ne laissent pas de trace de leur passage.. aussi bien sur space que sur face…Et puis, on ne sait jamais, le bon Dieu est grand… tu peux faire fortune.. va savoir..Bonne journée à toi..Pati

    PATRICIA ISABELLE

    8 octobre 2009 at 8 h 40 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :