"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Jean-Marc

with 15 comments

Je suis nostalgique de naissance, du genre à regretter le bon temps d’avant même ma conception voyez vous, du genre aussi à replonger épisodiquement dans le grand bain du passé défunt au gré des senteurs, des images ou des saisons qui reviennent incessamment comme les boutons sur la gueule de l’adolescent. Sans doute est-ce l’influence du retour des bacheliers aux pupitres qui me fait choir aujourd’hui…

 Jean-Marc Boivin, alpiniste décédé vit sa mémoire honorée par l’attribution de son patronyme au lycée, nouvellement construit, que j’eus l’heur de déshonorer de ma présence aléatoire, suivant mon humeur et ma volonté flanchissante plus que de raison aux abords du baby-foot, du flipper, pas le dauphin, ou encore du billard, attributs du bar dont j’essuyai assidument le zinc et autrement plus séduisant à mes yeux que les fonctions logarithmiques de sinistre mémoire . Je fis ma rentrée en ces établissements, bar et lycée réunis, en 1989. Quelle année, sur ma foi, que celle là! Nous  fumes, mes compagnons et moi, les heureux inaugurateurs de ce lycée,  secondes esseulées car il était convenu dans les hautes sphères de l’éducation nationale que le remplissage de Boivin se ferait dans l’ordre immuable des promotions successives à savoir, la première année des secondes, la seconde des premières et des secondes et la troisième des terminales des premières et des secondes. Le produit de tout ceci donnant l’age du proviseur… Non là je déconne. Bref, cette première année, ma seconde donc, fut une confirmation de ma fâcheuse tendance à battre la campagne, façon de parler dans une banlieue moyenne de ville moyenne, au lieu de remplir ma maman de fierté ,secondaire elle aussi, et bien que mes résultats ne s’en ressentirent  point ( point de suite en tous cas) , vu que j’étais déjà génial à l’époque et a peu près aussi méconnu qu’aujourd’hui, ce qui par ailleurs est parfaitement injuste je trouve.

J’avais des excuses pour sécher outrageusement cela dit: Le lycée offrait toutes les apparences du club Med; c’était un lycée "sportif", il disposait de deux patios harmonieusement parsemés de verdure véritable, d’une cafétéria en libre service, d’un ascenseur à handicapés et occasionnellement à dirlot grassouillet, d’un distributeur à préservatifs et de cendriers dans la cour. Je me servis plus des seconds, je dois l’avouer. Un lycée modèle donc, crée pour offrir les meilleures conditions d’étude aux petits branleurs  ingrats que nous étions. Surtout moi. Il serait trop long ici d’énumérer les anecdotes innombrables qui peuplèrent ma scolarité, les joies et les peines que l’on peut avoir à dix-huit ou vingt ans, les pollutions nocturnes sur une quelconque Astrid, quel prénom ridicule et, il faut bien le dire, à l’accent germanique insupportable à mes ouïes latines. Quoique, en y réfléchissant, il y aurait matière… Je vais peut être me laisser tenter, me complaire, narcisse, dans le conte de mes jeunes années. Oh oui, je vais le faire! Après Pagnol, la gloire de son père, le château de sa mère et son temps des secrets, voici venir les secrets sans gloire du château Boivin aux temps de Philippe Reguillon.

Publicités

Written by saiphilippe

11 juin 2009 à 16 h 27 min

15 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. C’est tellement beau que j’en chialerais… rires

    Philippe

    11 juin 2009 at 16 h 29 min

  2. ben vas-y , racontes … euhhh tu veux un mouchoir ?

    jojo

    11 juin 2009 at 16 h 42 min

  3. Si tu écris ce conte, tâche de passer devant Naulleau et Zemmour qu’on rigole un peu ;-)T’as quelques fautes d’orthographe mais le sujet est bien mené même si maintes fois revu et corrigé hi hiC’est pour rire Philippe, mais j’adore te titillerBizzzzzz

    bibialien

    11 juin 2009 at 16 h 43 min

  4. tiens, y avait déjà des distributeurs de préservatifs à l’époque ? Il n’y en avait pas dans mon bahut. D’ailleurs, quel est ce bus d’ados attardés qui klaxonnent devant ma porte ?

    Christophe

    11 juin 2009 at 17 h 02 min

  5. klaxonne ! je te permets de bouffer le NT ! :(quoique !

    Christophe

    11 juin 2009 at 17 h 03 min

  6. …et pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes?Arf: oui il y avait des distributeurs de préservatifs, il y eut même de houleux débats à ce sujet.Bibi: Titillez titillez, il en restera toujours quelque chose.Jojo: c’est une introduction. ( sans rapports avec les distributeurs sus-mentionnés)

    Philippe

    11 juin 2009 at 17 h 05 min

  7. Hé hé j’ai vu que tu t’étais autocorrigé Philippe, excellentOn est tous perfectible et c’est bien le luxe de la vieJ’espère juste que tu n’es pas chatouilleux 😉

    bibialien

    11 juin 2009 at 17 h 08 min

  8. des fautes d’inattention, pas de quoi fouetter un chat, mais tu peux toujours le chatouiller si cela t’amuses. rires

    Philippe

    11 juin 2009 at 17 h 17 min

  9. On attend la suite, pour savoir si Philippe était pire que nous dans sa jeunesse. Le côté obscur de la force était-il en toi ? Qui sait ?

    cata

    11 juin 2009 at 17 h 18 min

  10. ouais … fais bien gaffe à tes propos !!mdrrrtu pourrais choquer mes chastes z’yeux et jet pas de problème dortograf , moaoui , je sais , niveau intellectuel : moyenne section de maternelle .. et encore !nàb ; je rigoooole

    jojo

    11 juin 2009 at 18 h 04 min

  11. C’est pas sympa de nous rappeler que nous avons connu les lycées d’une autre époque !En 79, (1979 pour les mauvaises langues !) je rentrais en seconde dans un bahut qui était mixte pour la première année… Sortir couverts était loin de nos priorités… Nos centres d’intérêts étaient plutôt: le flipper, la musique, les débats utopistes en fumant un joint, et tout çà en essayant de ne pas se faire piquer.Un sport à plein temps qui m’a occupée jusqu’au bac !Purée, mais tu es vaaaaaaaaaachement jeune… et moi super vieille ! snif…Bizzz, sans rancune…

    Nadine

    11 juin 2009 at 18 h 40 min

  12. il avait l’air bien "ce lycée", effectivement si tu en narre un jour l’histoire (et comme dit bibi) fais la promo de ton bouquin chez ruquier….ca va etre "sanglant"! pour la plus gde joie des téléspectateurs! ;-)sinon, je ne regette pas ma seconde (que j’ai redoublé) par manque d’assiduité aux cours…a l’epoque je voulais etre "ailleurs", je sais pas ou? mais le lycée m’ennuyait…enfin il y a pire j’imagine "comme désagrément" que d’etre forcé a tenter de faire des etudes! 😉

    lionel

    11 juin 2009 at 20 h 57 min

  13. J’avais les mêmes occupations que Nadine mais quelques années plus tôt si j’en crois les dates, mais comme j’étais un bon j’ai complètement oublié d’aller jusqu’au Bac. A+

    Pascal

    12 juin 2009 at 5 h 17 min

  14. J’attends la suite….Bises !

    Mata

    12 juin 2009 at 10 h 02 min

  15. enfin j’ai le temps de venir te lire … tu as vu l’heure pfiouuu papillon de nuit je suis … et bien je vois qu’il y a que des jeunes si mes calculs sont bons … je n’ai pas de souvenirs de lycée puisque je n’y suis pas allée .. snifff .. quelle andouille j’étais je voulais être coiffeuse j’ai fini dans une imprimerie… sinon je vois que quand même on a l’air de bien s’amuser .. j’ai raté ça !!!! vivement la suite effectivement .. sourirebisous Phil douce nuit

    Odha

    12 juin 2009 at 23 h 42 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :