"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

le petit criminel

with 29 comments

C’était un gamin haut de six années, tout étourdi d’être là, parmi tous ces étrangers et loin des jupes de sa mère. C’était un tout petit bonhomme taciturne et rêveur mais animé d’une incompréhensible rage intérieure devant l’étalage goguenard des richesses de son voisin de lit. Un sac de bonbons! Un énorme sac de carambars et autres douceurs acidulées dont le chirurgien dentiste dénonce hypocritement l’addiction puisque la carie le fait vivre. Là, dans le cœur froid du dortoir de cette insupportable colonie de vacances où ses parents avaient cru bon de l’envoyer, seul et soumis à la tentation, le gamin pensait. Ourdissait un sombre dessein: S’emparer du sac de  victuailles, faire ravaler son arrogance à ce nanti. Un après midi de sieste, n’y tenant plus, il passa à l’acte. Ce fut étrangement facile. Comme fut facile la découverte du criminel après l’examen des tables de nuit. Le petit bonhomme avaient omis de prendre les précautions d’usage, cacher la prise notamment. Un premier crime est rarement parfait non? Ou il l’est trop.

La bande d’étrangers fit cercle autour du malandrin, dont les mains étaient fermement tenues par celles d’un moniteur animé des meilleures intentions pédagogiques. Quelques grandes claques dans la face de ce petit merdeux lui ferait le plus grand bien. Des questions, auxquelles ne vinrent aucune réponse, tombèrent aussi drues que les coups. Le petit garçon pleurait en ravalant ses larmes, sa honte. Honte de s’être fait prendre surtout. C’est qu’il avait le diable au corps ce gosse! A partir de cet instant, la colonie de vacances se mua en pénitentiaire. Il fut placé à l’isolement, ce qui ne le gênait pas trop, asocial en puissance qu’il était. Il dut dormir à l’écart, sous un drap blanc de pureté virginale où son lit avait était caché à la vindicte des hurleurs de justice. A la vue oui , mais pas à l’incursion de certains rédempteurs tout contents de pouvoir brimer à l’aise , avec la permission complaisante et rigolarde des moniteurs gardes-chiourmes. Ses repas se prirent en dehors des horaires ordinaires afin que nul n’ait à croiser le chemin de la petite ordure, ni ne soit indisposé par sa présence. Tous les deux où trois jours on le menait à la douche. Seul, sous les yeux d’un garde insensible qui ne le quittait pas d’une pupille. En fin de compte, le criminel refusa la douche par trop humiliante. Il puerait, ce qui arrangeait tout le monde. 

Puis un beau jour, toutes ces avanies cessèrent et il retrouva la liberté. Bonne conduite? Rédemption, repentir sincère? nenni, le diable au corps vous dis-je! Simplement le séjour s’était achevé au bout des trois semaines prévues,  et cette crevure de voleur  fut rendu à sa mère au sortir d’un interminable retour en bus. Sur le quai, maman l’attendait. Étonnée de le voir si crasseux, elle en déduisit qu’il avait du bien s’amuser. Quelles belles couleurs! Pendant ce temps,  le petit bonhomme,  inquiet, attendait une quelconque dénonciation de la part d’un des monos ou des autres gosses. Nonobstant et fort heureusement,  ils étaient tous à des lieues de là, perdus sous les baisers des mères pour les uns, ceux des copains copines pour les autres. Maman m’embrassait, aussi…

Publicités

Written by saiphilippe

27 avril 2009 à 17 h 59 min

29 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. prem !!!!!!

    nathalie

    27 avril 2009 at 18 h 01 min

  2. c’est bien mais faut lire maintenant! lol

    Philippe

    27 avril 2009 at 18 h 03 min

  3. hum du vécu philippe ???…j’adorerécemment les miens se sont volés mutuellement leurs oeufs de paques puis ils ont piqués ceux de ma soeur de 15 ans …quand je lui ai offert ses bonbons à amandine…il n’en restait que 6…heureusement que je les avait planqués ds mon armoire….mais comme c’était personne comme d’hab j’ai mis des tapettes à souris dans la lmaison avant qye ns partions en vacances

    nathalie

    27 avril 2009 at 18 h 06 min

  4. mé j’ai lu monsieur Réguillon !!!

    nathalie

    27 avril 2009 at 18 h 06 min

  5. non mé!

    nathalie

    27 avril 2009 at 18 h 07 min

  6. Je trouve le chatiment pire que le vol des bonbons!Je crois pas que ça soit rendre service que d’utiliser autant de sévices!Une bonne punition oui, mais 3 semaines de prison, non!De quoi donner envie de braquer l’usine haribo avec un pistolet à eau!Non?Bisous !

    Mata

    27 avril 2009 at 18 h 13 min

  7. Moi, je crois que tu en rajoutes pour te faire plaindre par Mata… A+

    Pascal

    27 avril 2009 at 19 h 17 min

  8. j’ai entendu aux infos il y a qq jours que des "gamins" de 14,15 ans, ont tenté de braquer un fourgon blindé ac des bombes lacrymogénes, sans resultats vu que les convoyeurs armés, ont fait feu, en blessant, 2 jeunes cagoulés de la bande…je me demande a 6 ans "les méfaits" qu’ont du commettre ces jeunes gens???vol de bonbons? pire? peut etre….je pense… ;-)as tu eu des nouvelles de ce moniteur zélé; par la suite… ;-)?bonne soirée

    lionel

    27 avril 2009 at 19 h 48 min

  9. ça me rappelle l’histoire d’une petite fille qui avait menti ….bonne nuit Phil , n’attrappe pas de caries en dormant

    jojo

    27 avril 2009 at 20 h 27 min

  10. ça me rappelle … mais bon …c’est si vieux maintenant !!

    glandouille

    28 avril 2009 at 2 h 03 min

  11. Dès le premier mot je savais que tu narrais ton histoire PhilippeOn a tous volé des bonbons un jour, le châtiment était juste différentBizzzzz

    bibialien

    28 avril 2009 at 2 h 10 min

  12. L’éternelle disproportion entre le crime et le châtiment !Quitte à subir de tels représailles, la fois suivante le gamin aurait pu faire pire encore… Si ce n’est pas une forme de provoc’, je n’y comprends plus rien !Bonne journée,Bizzz

    Nadine

    28 avril 2009 at 4 h 17 min

  13. Heureusement que tu n’est pas devenu Serial Killer. Comme quoi ces psy racontent n’importe n’awak. Bises Philippe

    Caiçara

    28 avril 2009 at 6 h 07 min

  14. qu’est ce qui te dis que ce n’est pas le cas?

    Philippe

    28 avril 2009 at 6 h 57 min

  15. allons bon , sérial killer maintenant !hier tu étais juste "méchant"ou avant-hier , je sais plus …. t’es pas au boulot , au lieu de jouer au grand méchant loup ?sinon , voler des bonbons , je pense qu’on a du tous le faire , ou piquer les petites pièces de monnaies dans le porte -monnaie de maman , pour s’en acheter des bonbons ….Sur qu’avec une réaction de l’entourage telle que tu la décris , il y a de quoi rendre le gosse vraiment méchant ………. mais pourra-t-on dire alors qu’il est " méchant" et non juste " que cet enfant souffre" ?bises pour ta journée que je te souhaite pleine de douceurs

    jojo

    28 avril 2009 at 7 h 09 min

  16. je suis sur l’ordinateur du travail, avant que les filles arrivent…ce qui est sûr, c’est que cette histoire n’arrangea guère ma misanthropie naissante.

    Philippe

    28 avril 2009 at 7 h 15 min

  17. purééée !j’espérais que tu ne parlais pas de toi …. nos blessures nous construisent …. tant bien que mal re-bises

    jojo

    28 avril 2009 at 7 h 22 min

  18. de mon temps les educateurs sportifs que j’ai eu savaient a peine conjuguer un verbe au passé simple…et se servir d’un ordinnateur, ce n’etait que pour demontrer si des "nvelles" planetes existaient ds l’univers ac force équations…bref, j’ai jamais vu un de mes profs de sport ac autre chose qu’un sifflet, un ballon de foot, de basket, de hand, un paquet de clopes et j’en passe….mais sur "un ordinateur" avant un cours!!! alors la….les temps changent….

    lionel

    28 avril 2009 at 7 h 28 min

  19. bon y a prescription maintenant….quant à chez moi, les tapettes à souris…..rien ramené mais le fromage est parti…..là c’est quand même pas les enfants….

    nathalie

    28 avril 2009 at 7 h 48 min

  20. Là, Philippe, il faut que je te rassure: ce n’est pas toi qui es misanthrope, ce sont les gens qui ne sont pas aimables. Nuance.

    Pascal

    28 avril 2009 at 8 h 57 min

  21. bouuu… j’avais tjrs la peur au ventre quand les vacances arrivaient que mes parents aient la lumineuse idée de m’envoyer en colo imagine toi ce que tu as subit pour ces malheureux bonbons alors 20 ans avant toi hein !! boudiouuu … je n’ai jamais connu ces endroits et je ne le regrette pas et mon fils non plus … koike là peut être que ça lui aurait fait du bien de quitter les jupes de maman .. rire non non tu n’es pas méchant … tu veux juste le faire croire … sourire les kers machin truc … j’vais bien essayer d’en prendre un en photo … lolll … cagoulé !!! bisous Phil mouilés .. je sais c’est pas agréable mais il ici c’est un déluge de flotte … berkkk jeudi j’ai pluie sur plusde 300 km jusqu’a Nantes wouahhh … super boudiouuuu … apres soleil en Bretagne vouiiiii

    Odha

    28 avril 2009 at 9 h 34 min

  22. J’ai de bons et de mauvais souvenirs de colo…La toute 1re j’avais 7 ans, je connaissais personne, je pleurais et écrivait qu’on vienne me chercher… mes lettres etaient censurées, au tel on disait à ma mère "non, ça va" et je me suis prise une gifle magistrale du dirlo (pask je pleurais…) et c’etait un curé…!Ensuite une plus petite colo mais avec mes copines donc, là ça a été bien!Mais j’ai jamais envoyé les miens et je risque pas de le faire !!!!!!!!

    Mata

    28 avril 2009 at 9 h 53 min

  23. les gosses ? vaut mieux les foutre a la ddass qu’en colonie de vacances !! ça nous fait un très très long repos !!!

    glandouille

    28 avril 2009 at 10 h 08 min

  24. J’ai oubliais de te dire, si tu veux te venger tu peux compter sur moi. Bises

    Caiçara

    28 avril 2009 at 10 h 11 min

  25. Merci. J’ai été en colonie de mes 6 ans ( voyez le super souvenir!) à mes 17 ans, tous les ans… Le plus étonnant est que jamais je ne revis aucun des tourmenteurs de cette histoire… alors que nous étions des colons du groupe Casino et que d’années en années, il n’était pas rare de retrouver les mêmes têtes… Si ça se trouve tout ceci s’est passé dans la quatrième dimension.

    Philippe

    28 avril 2009 at 10 h 22 min

  26. je lai échappé belle moi mais guère mieux a l’arrivée not comments bises kirdy

    °°°¤¤¤KIRDY

    28 avril 2009 at 15 h 16 min

  27. oh là là… pour ma part, j’ai été colon une seule fois, et animateur plusieurs fois… et c’était difficile de redonner sa chance à un gamin qui a fait une crasse et qui s’obstine apparemment dans sa bêtise… heureusement que nous en parlions entre animateurs à la réunion du soir et que les autres nous invitaient à relativiser la gravité des bêtises qu’on avait dû gérer… et il y avait des activités avec d’autres enfants ou animateurs, des brassages de groupes qui permettaient d’éviter le syndrome du mouton noir. Sinon, silence radio vis-à-vis des parents, ce n’était pas à nous de leur transmettre les idées géniales de leurs gentils trésors… le directeur nous avait bien averti…en fait, ces souvenirs de vacances ne sont pas pour moi les meilleurs… bonne soirée Philippe

    Philippe

    28 avril 2009 at 17 h 02 min

  28. Tout ceci me rappellent mes années de colo en tant que colon (9 à 16 ans) et animatrice (ou mono) pdt pas mal d’années. Suis tout à fait d’accord avec Philippe vicR que je salue bien en passant. Je n’ai eu que des bons souvenirs, pas forcément les meilleurs, non plus car j’en ai vu des "vertes et des pas mûres" avec des gamins récalcitrants et à pbs.. Je me souviens le soir : veillées à thème, batailles de polochons, lits en portefeuille que l’on faisait pour faire une blague… j’y ai eu droit plusieurs fois et à la longue, j’y étais habituée… chants autour d’un feu de bois, c’est aussi en colo que j’ai appris la guitare, camping, excursions, cyclotourismes, olympiades, balades, journées sportives… bref, c’était le bon vieux temps. @+ Biz…

    Fallen Angel

    29 avril 2009 at 2 h 28 min

  29. "L’homme est un apprenti la douleur est son maître" A.de Musset.Je ne suis pas certain que cela soit entièrement vrai, la douleur l’emportant parfois sur l’apprentissage…Pour ma part, les brimades que j’ai subies on fait de moi un militant convaincu des droits de l’homme et de la justice sociale… mais aussi, à l’envers du décor, ce qu’on appelle "un écorché vif". Quand le raisonnement d’un homme parvient à l’amener au pardon il est parfois déjà trop tard et à tout jamais car c’est dans le fond de son cœur et dans son corps-même, dans son être le plus profond mais aussi le plus physique, qu’il a été meurtri. Pardonner vraiment est alors impossible: ce serait se renier et même se perdre. "On pardonne mais on n’oublie pas" or la rédemption totale serait dans l’oubli. La cicatrice reste et sous la cicatrice le souvenir brûlant d’une douleur et d’une cruauté indépassables.Là où l’esprit a déjà posé le pardon la nature profonde continue toujours à réclamer la vengeance…"le diable au corps vous dis-je!" : Je comprends. N.

    cata

    29 avril 2009 at 6 h 13 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :