"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

La Fuite ( réedition)

with 26 comments

Des impacts lourds de fatigue martelaient la voie de
chemin de fer le long de laquelle ils courraient: Leurs jambes les
soutenaient à grand peine. Déjà cinq heures d’angoisse, d’arrêts
brusqués, d’ accélérations éperdues. Fuir. Droit devant. S’échapper de
cette ville écrasée par l’artillerie ; infiltrée par les patrouilles
ennemies; faisant eau de toutes part: Les artères de la cité mourante
vomissait un flot d’êtres improbables; maigres carcasses vêtues de
hardes. Ici où là, quelques combattants, antichar à la main, tentaient
d’endiguer, vaille que vaille , les pointes blindées qui perçaient
inexorablement le cœur de la mégalopole. Cinq heures depuis
l’alternative: fuite ou suicide? Les quatre compagnons n’avaient pas
trop hésité. Ils étaient jeunes, enfin presque : La petite quarantaine.
De quoi tenter sa chance. Alors ils sortirent du souterrain, croisant
plusieurs cadavres des tenants de la seconde option: Qui, une balle
dans la tempe, qui une capsule de cyanure.

Ils quittèrent les
uniformes de leur faste passé puis se glissèrent dans la nuit. La peur
au ventre. Naturellement. Dehors les combats continuaient. En vain. Ils
étaient tous quatre bien placés pour le savoir: Les cartes d’état-major
n’affichaient plus que des divisions fantômes! Mais là était leur
chance, car qui disait lutte disait confusion et par conséquent 
possibilité d’en profiter. Passant devant une bouche de métro, ils
hésitèrent un instant: Ils y seraient à l’abri des obus. Des cris, des
hurlements stoppèrent net cette velléité. Puis un troupeau humain
apeuré, remonta des tréfonds de l’antre. Axman, l’un des quatre, saisit
un fuyard par le col:" que se passe t’il la dedans?". " l’eau, de l’eau
partout! "ils" veulent nous noyer!!!". Mauvaise idée le métro,
finalement. La gare peut-être? Pas pour les trains, car cela faisait
beau temps que plus un ne circulait! Mais la voie ferrée offrait un
repère visuel plus facile à suivre que les avenues rendues
méconnaissables par l’amoncellement de gravats en tout genre: restes
d’immeubles effondrés, carcasses de véhicules, militaires pour la
plupart; barricades ou de jeunes hommes, des gamins presque, montaient
une garde vigilante. Comme si cela pouvait changer quelque chose! Hier
encore, ces gosses les eussent salués avec fierté. Mais aujourd’hui les
quatre comparses étaient des déserteurs. Par la forme, sinon par le
fond. Aussi,  ne se faisaient-ils guère d’illusions sur le sort qui
leur serait réservé s’il advenait qu’ils fussent pris: La pitié ne
figurait pas au programme de l’instruction militaire. Et de cela ils
étaient certains: C’étaient eux qui l’avait conçue! 

Par
chance, la gare, ce qu’il en restait du moins, était libre d’ennemis.
Mais une fois sur les voies, le petit groupe se trouva de nouveau face
à une alternative: Quelle direction prendre? Et d’ailleurs comment
reconnaitre le nord du sud, l’est de l’ouest? Le paysage n’était que
cratères, tôles tordues et bien entendu aucun panneau indicateur
n’avait survécu à cette entreprise de nivellement. On opta pour la
séparation: Deux groupes, l’un avec Axman, l’autre avec Martin. Chacun
sa route et advienne que pourra! Axman et son coreligionnaire butèrent
très vite sur un obstacle. Un groupe ennemi avait planté bivouac au
beau milieu du passage. Carrément. L’examen tout militaire qu’il fit,
ne laissa aucun doute: Il était impossible de passer, même en comptant
sur la chance. Ils devaient rebrousser chemin, retrouver Martin. Avec
,désormais, une heure de retard sur lui. Autant dire un siècle, dans
les conditions actuelles. Contre toute attente, il le retrouva assez
rapidement. Martin gisait à quelques pas du remblai. Mort. Son
compagnon, mort aussi, était étalé quelques pas plus loin, criblé de
balles. Martin lui, n’avait rien, hormis quelques morceaux de verres
aux commissures des lèvres. Une capsule de cyanure! Axman supposa
qu’une patrouille leur était tombé dessus:  Une rafale pour l’un, et de
peur d’être capturé l’autre aurait croqué sa capsule.

 Hypothèse
qu’Axman soutînt au tribunal qui le jugea l’année suivante. Martin,
Martin Bormann , secrétaire particulier du Führer, qui contribua à la
mise en place de la solution finale, qui avait rempli les trains  d’
Auschwitz,  Birkenau, Bergen-Belsen et de bien d’autres camps de la
mort, avait trouvé la sienne le long d’une voie de chemin de fer.      

                       

Publicités

Written by saiphilippe

19 avril 2009 à 8 h 17 min

26 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. La lâcheté des hommes n’a d’égal que leurs couilles ! Quand on n’en n’a pas on se tire ailleurs et sans jeux de motsBizzzzzz

    bibialien

    19 avril 2009 at 8 h 24 min

  2. si "la lâcheté des hommes n’a d’égal que leurs couilles" alors le courage est de ne ne point en avoir! (puisque ta phrase suppose que les couilles sont remplies de lâcheté)!Et d’ailleurs pourquoi toujours tout ramener à une question de couilles… les femmes lâches ne manquent pas non plus. Pour finir, ce texte n’a rien à voir avec une quelconque guerre des sexes: Il y a soixante quatre ans, Berlin chutait, j’ai choisi d’aborder ce thème au travers de la fuite de "dignitaires", terme dévoyé en ce qui les concerne.

    Philippe

    19 avril 2009 at 8 h 35 min

  3. En l’occurrence ce sont les hommes qui se battent et non les femmesDignitaires ou pas ils n’en restent pas moins des hommes

    bibialien

    19 avril 2009 at 8 h 42 min

  4. les hommes se battent? oui c’est ds la la nature des choses…de tout temps, depuis la préhistoire… l’homme se bat… et la femme fait le ménage…;-)c’est la testostérone, hormone prisée des sportifs de haut niveau qui est "responsable" pour partie des vélléités guerrieres des hommes…oui je pense que les hommes n’ont qd meme pas "le monopole" de la lacheté ;-)berlin a donc chuté plusieurs fois… en 45, en 89… ;-)il y a des villes qui "font l’histoire" …sur cette aventure d’axman, rescapé qd meme…j’ai du mal a placer le tjs "courtois"…. bon dimanche… 😉 philippe!

    lionel

    19 avril 2009 at 10 h 24 min

  5. Je me souviens de ce texte… à l’époque je lisais le bouquin de litell (je sais meme plus comment ça s’écrit!), et j’avais trouvé ton texte digne d’un livre complet….Quand au film "la chute", je l’ai dans mon pc, en français… c’est plus pratique qu’en allemand sous-titré (1ere version que j’ai vue)Un film que j’ai gardé….Quand est ce que tu t’attelles à un livre complet??????Hein?????

    Mata

    19 avril 2009 at 10 h 24 min

  6. Y’a même pas de mots pour definir ce Martin Borman. Malgré que cet espèce d’enflure n’est qu’un échantillon de ce que la race humaine, est capable de faire. A celui-là je jeterais bien la pierre. Aprés faut voir, y’a déserteur et déseteur. Celui qui refuse de faire des choses contraires à sa philosophie, celui qui deserte pour sauver sa peau quant tout est perdu comme dans le film Iwo Jiwa de Clint Eastwood et celui qui en plus d’être déserteur a instauré des lois d’extermination comme cette saloperie de Borman. Parmi les refuznik (objecteurs de conscience) il y a des gens trés bien. Bises

    Caiçara

    19 avril 2009 at 12 h 59 min

  7. Ben oui, j’ai voulu montrer la pourriture extrême de ces gars là, incapables d’assumer leurs actes, ajoutant aux crimes multiples dont ils se sont rendus coupable celui de tenter de sauver leur misérables vies.

    Philippe

    19 avril 2009 at 13 h 23 min

  8. Je crois ne jamais trouver un mot assez fort pour imager ce que ces ordures représentent à mes yeux.Leur lâcheté n’a d’égale que leur ignominie.N’oublions jamais pour ne pas reproduire…Merci Philippe et bon dimanche

    Nadine

    19 avril 2009 at 13 h 47 min

  9. bien sur il ne faut pas oublier pour éviter …. mon père ma mère agé(e) de 19 et 16 ans à l’époque se souviennent tjrs du bruits des bottes ( mon père a tjrs dit: un pas que l’on ne peut oublier) dans leur village ils avaient chacun chez leur parents des refugiés Longwy la peur au ventre dés que la nuit tombait … merci pour la piqure de rappel … bisous Phil bonne fin de dimanche

    Odha

    19 avril 2009 at 14 h 15 min

  10. piu bisous fleur

    fleurindigo

    19 avril 2009 at 14 h 35 min

  11. Les femmes seraient donc à ce point angéliques qu’aucune d’elles n’aurait servi volontairement le régime nazi et sa machine de guerre, aucune n’aurait été délatrice: j’ai drôlement bien fait d’en épouser une… A+

    Pascal

    19 avril 2009 at 15 h 05 min

  12. je suis là , j’ai pas lu ton billet , mais j’ai lu les coms ….la guerre est là aussi !c’est trop le merdier chez moi pour que j’ai envie de lire quoique ce soit en rapport avec la guerre de 39/45 mes parents avaient 8 ans quand elle a commencée et 14 ans ( l’âge de ma fille ) quand elle s’est terminée …. ils en parlent de +en + , l’âge avançant , ils retournent dans leur passé , et ça n’avait pas l’air spécialement réjouissant .Je ne veux pas me facher avec Bibi , en général , j’aime bien ses coms , mais là , franchement … en étant honnêtes , nous autres femmes savons bien qu’il y a probablement autant de lâcheté chez les femmes que chez les hommes , non ?Enfin , Bibi a le droit de penser ce qu’elle veut …. bises , Phil

    jojo

    19 avril 2009 at 15 h 24 min

  13. ps : il me semble que j’ai déjà lu ce billet dans tes archives … j’y avais peut-être mis un com à l’époque ….

    jojo

    19 avril 2009 at 15 h 25 min

  14. c’est possible Jojo, vu que c’est une réédition.

    Philippe

    19 avril 2009 at 15 h 34 min

  15. Long débat que celui de la lâcheté homme-femme JojoEt oui comme tu dis chacun pense ce qu’il veutBizzzzzzzz

    bibialien

    19 avril 2009 at 15 h 57 min

  16. Allez… un peu d’huile sur le feu…Les femmes ne sont pas moins lâches que les hommes mais peut-être plus courageuses face à l’adversité…Bonne soirée…Bizzz

    Nadine

    19 avril 2009 at 16 h 42 min

  17. Salops de nazis!Sinon, c’est un putain de bon récit que tu nous as pondu là, Philippe.

    Ed

    19 avril 2009 at 17 h 48 min

  18. Superbe récit, que dire de plus, tu m’épates.bises.

    Stéphanie-Emmanuelle

    19 avril 2009 at 19 h 02 min

  19. Un récit magnifique…et quoi ?oui, je sais, je sors…

    Stéphanie-Emmanuelle

    19 avril 2009 at 19 h 05 min

  20. Dans toute guerres les hommes se sont entretués, et les femmes et les enfants ont payé un lourd tribut ….les uns parce que c’était de futurs soldats , les autres pouvant engendrer de futurs soldats ……la dernière grande guerre a eut son lot de femme couillues, notament lors de la grande campagne de désimformation FORTITUDE…ces femmes là, décrites comme les femmes de l’ombre sont mortes, sous la torture…..Leurs missions, si elles étaient capturées, étaient de tenir un minimum de 48 heures, afin que toute la structure qui était la leur puisse prendre des dispositions pour éviter d’autres captures …..plus importantes , dans le sens où elles ne connaissaient pas grand chose de la mission finale …..Comme un chateau de carte , plus la gestapo montait haut ds la hiérarchie plus ils pouvaient avoir des infos sur le débarquement…ces femmes là avaient une capsule de cyanure, et bcp l’ont prise aprés les 48 h ….d’autres avant.je parle des femmes mais il est bien évident qu’il y avait des hommes aussi …mais je voulais mettre l’accent sur ses femmes là que l’on ne voit jamais sur les monuments aux morts, où 2 fois par an leurs noms sont prononcés ds une litanie <<MORT POUR LA FRANCE>>>Voilà philou je me suis écartée un peu de ton sujet initial mais j’avais envie de parler de ça bisesssss et merci pour ton messsssNiNne

    ภเภภє.ツ

    20 avril 2009 at 8 h 16 min

  21. comme quoi , en cherchant bien , on finit toujours par trouver sa voie !!!! bises et …….très beau texte comme d’hab’ !

    Mimi pinson

    20 avril 2009 at 10 h 25 min

  22. "Les dieux, les religions,Les guerres de civilisation,Les armes, les drapeaux, les patries, les nations,Font toujours de nous de la chair à canon…"Comme disait l’autre….

    Mata

    20 avril 2009 at 11 h 20 min

  23. merci pour ce texte très réaliste et les vidéosj’ai une pensée pour ts ces hommes qui ont combattu pour que nous connaissions la paix ce jour et ttes les souffrances endurées par les poputations de l"époque quel coté que c soit ……..ts lesallemands n’étaient pas des fanatiques beaucoup ont subit aussi mais aucune compassion pour les autres biz phill

    nathalie

    20 avril 2009 at 12 h 25 min

  24. Je ne me souviens pas de l’avoir lu, et pourtant, si tel était le cas, je pense que je m’en serais souvenu ! Excellente nouvelle, Philippe ! Amitiés

    Michel

    21 avril 2009 at 8 h 50 min

  25. Ton récit est d’un réalisme à en frémir d’horreur !Tu écris et je vois les scènes se dérouler comme dans un film……Tant de vies perdues, en vains, pour rien :(Suffit d’une idée, d’un détraqué et le monde peut chavirer.Michèle

    Dust in

    22 avril 2009 at 12 h 47 min

  26. Et il y en a eu d’autres des massacres massifs des peuples parce qu’ils ne partageaient pas les mm idées, politique, religion. Que dire quand a eu lieu l’assassinat de Salvator Allende à Santiago du Chili en 1973 et que Pinochet instaura une dictature pdt +30 ans mort en janvier 2007 sans avoir payé sa dette ? Que dire du massacre du peuple cambodgien par les Khmers rouges sous Pol Pot de 1975 à 1979 ? Que dire de la guerre au Kosovo dans les années 90 où l’on a découvert des charniers, des camps d’internement avec des prisonniers ressemblant à des morts vivants ? Que dire du massacre du peuple Rwandais en 1991 ? Et pourtant toutes ces horreurs ne sont pas très loins dans nos mémoires… Quand va-t-on arrêter tous ces massacres inutiles et totalement négatifs ? Au non de qui et de quoi a-t-on le droit de supprimer tant de vies humaines ? Il n’y a pas eu que le génocide des juifs sous la 2de guerre mondiale. Alors, n’oublions pas aussi ceux qui se sont perpétrés bien des décennies plus tard. @+

    Fallen Angel

    27 avril 2009 at 3 h 58 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :