"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Escapades: La Jamaïque ( Ière partie)

with 22 comments

Autant
vous l’avouer tout de suite, afin de tuer dans l’œuf de pâques un
suspense qui s’annonçait insoutenable,  je n’ai jamais mis aucun de mes
pieds sur la terre canabiorifère  de cette île des Caraïbes. D’ailleurs
le sujet n’est pas tant l’île susmentionnée que l’établissement
homonyme sis place de la République dans notre bonne ville de Dijon, où
nos amis socialistes bon ton, c’est à dire rose très très très pâle,
s’accrochent à la mairie comme la moule au rocher et ont tout le loisir
de gambader, protégés qu’ils sont par un décret municipal interdisant
la chasse aux éléphants et aux flamants, roses évidemment , dans les
deux cas. Bref! La Jamaïque est un pub-bar-boite-je ne sais quoi- où
j’eus le profond déplaisir d’être convié par de miens amis, malgré mes
préventions et mon manque flagrant de motivation quant à la
fréquentation de ce lieu de perdition que respectivement, la morale, ma
maman, mes gènes, et même Dieu si ça se trouve, réprouvent. C’est dire
qu’ils m’y trainèrent! Trois fois en deux ans qui pis est! Je m’en vais
vous narrer ces aventures , où l’ubuesque le disputerait bien au
ridicule si ces deux termes n’étaient pas intrinsèquement liés.






Ma première intrusion en ces
murs maudits, se fit au détourné d’une soirée entre amis qui, pourtant,
coulait jusque là  de paisibles heures baignées des meilleurs auspices
bien que nous ne fussions  point à Beaune mais à Dijon . Nous nous
trouvions chez une jeune dame de mes connaissances vivant dans un
appartement situé en vis à vis de l’antre infernal, la Jamaïque…
Place de la République, j’aurais dû me douter qu’avec un nom pareil le
pire ne pourrait qu’advenir! Je ne sais plus quel con-vive émit soudain
le désir d’aller finir son ennui là bas, quoiqu’il en soit nous
partîmes, et après la traversée périlleuse du passage clouté nous
débouchâmes, non pas du champagne, mais sur le parvis du "palace". La
Jamaïque. Deux grands Noirs, cerbères , montaient là une  garde
vigilante, filtraient le maghrébin basketopode et l’éthylique avancé et
donnaient le sésame , comme Marianne lance la graine, aux bons petits
blancs dont j’ai l’insigne honneur d’être.


Tout de suite, mon œil  fut
agressé par les tentures, rouges écarlate qui suaient des murs. Tout de
suite l’endroit me prit l’envers. Tout de suite, j’eus envie de partir.
J’inspirai cependant une grande bouffé de l’air vicié des autres et
entrepris de suivre mes compagnons. Le sol, flaque sombre aux reflets
noirâtres de pétrole, collait aux pieds. Comme dans ces rêves où l’on
ne peut fuir, entravé qu’on est par d’indicibles chaines. Nous
franchîmes cependant sans dommage le rez de chaussé de l’établissement
tenant lieu de bar, et où il était possible, quoique improbable,  de
poser son cul , puisque il n’ y avait qu’une chaise pour douze
habitants environ. C’était bondé. Blindé de monde. Puant de la sueur
acre du noceur en mal de sensations.
 Mais bon, tel le Hollandais Volant, mon étrave fendait le flot de la
foule , maintenait le contact visuel avec ses remorqueurs, habitués, 
qui nous menaient pourtant vers un gouffre abominable surmonté d’un…
Bouddha!? La Jamaïque,  êtes vous sûrs, mes poteaux? L’esprit frappé
par cette incongruité je fus avalé ,sans broncher mais perplexe,  par
l’escalier. Il donnait sur une piste de danse, m’a t-on dit plus tard,
car en l’état je ne pus voir qu’un monceau de dos collés les uns aux
autres, un mur compact d’assujettis sociaux parfaitement imbriqués
semblable à la muraille de Jéricho… N’ayant pas de trompette, je
rebroussai chemin, aussi vite que mes voiles me le permirent.

Une fois dehors, soulagé mais honteux d’avoir planté là mes compagnons,
je jetai un coup d’œil à ma montre: Temps total passé depuis la
plongée, trois minutes chrono. Pas mal… en apnée et pour un début!

A suivre…

Publicités

Written by saiphilippe

11 avril 2009 à 12 h 48 min

Publié dans Chronique

22 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Les humains sont vraiment des abrutis, il leur suffit d’un mot magique, Jamaïque ou Caraïbe, et on peut leur vendre n’importe quelle merde

    JiPi

    11 avril 2009 at 12 h 57 min

  2. Tu serais pas du genre clotrophobe et agoraphobe???Bises !!!!!

    Mata

    11 avril 2009 at 13 h 01 min

  3. Zut, manque un S… à replacer svp!

    Mata

    11 avril 2009 at 13 h 01 min

  4. Vite la suite !!!Les "auspices de Beaune"… Voilà un jeu de mot qui n’est point vain !

    Michel

    11 avril 2009 at 13 h 04 min

  5. Es tu certain qu’il s’agissait d’un bouddha … ? kiss

    Ana

    11 avril 2009 at 13 h 12 min

  6. Ben oui, un vrai Bouddha tout gras!!!!

    Philippe

    11 avril 2009 at 13 h 17 min

  7. Je pensais que tu allais répondre cela, à l’instant… Je ne sais pas pourquoi LOL

    Ana

    11 avril 2009 at 13 h 20 min

  8. Dans le monde de la nuit les gens osent, c comme dans le virtuel…

    Ana

    11 avril 2009 at 13 h 21 min

  9. chui sure tu as rêvé !!! … ça existent ces lieux?? … rire oui comme dit Ana M la nuit les gens osent !! il y avait peut être ta voisine etu tu l’as pas reconnu ..;-))bisesss

    Odha

    11 avril 2009 at 14 h 29 min

  10. Etonnant que Bouddha soit si gras alors que ses adorateurs sont si maigres… non?

    Mata

    11 avril 2009 at 15 h 07 min

  11. Remarque tout à fait juste, mata Et il doit y avoir une explication….

    Ana

    11 avril 2009 at 15 h 13 min

  12. Peut etre à cause des offrandes…Bouddha se gave et le peuple crève de faim…?

    Mata

    11 avril 2009 at 15 h 20 min

  13. Quel égoiste, quand mm , ce bouddha, mais celui de la Jamaique, c un imposteur, mais c sans doute, la vue imbibée d’alcool, qui lui a joué un tour à Philippe.

    Ana

    11 avril 2009 at 16 h 32 min

  14. Si tu veux pas rester célibataire Guigui, va falloir faire les paquets cadeaux pour la croix rouge à noël , ça te fera un entraînement car au vu de cette expérience, va falloir que tu apprennes à emballer express !-) Rapport à ton com chez nous: "Va, je ne te hais point" 😉

    cata

    11 avril 2009 at 17 h 01 min

  15. Ana: Je ne bois pas d’alcool.Cata: attendez la suite…

    Philippe

    11 avril 2009 at 17 h 06 min

  16. Serais tu aussi intrépide que VAN DE DECKEN, philippe … ? As tu franchi le cap de bonne espérance ?La trompette du jugement dernier, finira bien par déchirer les cieux…

    Ana

    11 avril 2009 at 17 h 49 min

  17. Peut-on fumer dans ce boui-boui ?

    bibialien

    12 avril 2009 at 5 h 39 min

  18. Évidemment que non Bibi…

    Philippe

    12 avril 2009 at 8 h 00 min

  19. je m’immisce ici tel un R2D2 timide au son de la marche impériale … par contre, je ne pourrais pas entrer à la " jamaïque " …pas mon trip !:-)

    Christophe

    12 avril 2009 at 8 h 45 min

  20. As tu trouvé trompette, Philippe ou pas… ? Et la suite Bordel ???

    Ana

    12 avril 2009 at 9 h 00 min

  21. mouai h’ai trouvé le tome I …..trop foorte!!!mais c’est que jai du retard moi !!!!

    nathalie

    12 avril 2009 at 22 h 46 min

  22. mdr en fait j’ai profité de ta haute stature qui fendait le flot humain pour m’échapper à la recherche d’air pur !ça va faire 15 ans que je n’ai pas mis les pieds dans une boite de nuit .Si j’ai envie de trémousser mon derrière au son d’une musique qui me plait je le fais chez moi ….

    jojo

    13 avril 2009 at 16 h 10 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :