"Un Jour En France"

Un site utilisant WordPress.com

Brûlent, les chateaux d’Espagne.

with 12 comments

C’est un vieux pays à la grandeur fanée,  chargé de l’or des Amériques dilapidé en guerres françaises, invincible Armada  dans les eaux anglaises à jamais noyée. Monarchie vacillante rachetée par un Bourbon, vieux pays survivant dans un siècle qui n’était plus le sien. Le Bourbon n’eut qu’un temps, voilà Napoléon, nouvel Empereur d’Occident, et dans ses bagages un roi Joseph pour l’Espagne enflammée… Saragosse, Madrid y el dos de mayo , peuple entiché d’un amour immodéré pour son roi légitime, pourtant poussah inepte et de son fils, Ferdinand, tête creuse d’idées mais non de vices. Murat, sabre d’un Empire, fit son office. Comme il est étrange ce peuple retranché derrière la croix,  ses abbés en armes chassant le français comme l’antéchrist. Puis il y eut Vitoria, funeste épilogue de l’aventure espagnole, Joseph devançant le destin de son frère perdit ce trône si mal assis. Tu n’en finiras plus, Espagne, dans ce XIX siècle si mal engagé, d’osciller entre réaction et modernité. De ton Empire, Bolivar fit un rêve, illusoire, d’unité. Il ne te resta que Cuba et les Philippines que te ravirent les jeunes États Unis. Nostalgie et misère, colère et passion , bible et révolution, creusèrent leur sillons. Du Maroc à Al Andalus il n’y a qu’un détroit, Rubicon, que franchit  un jour, Franco et sa légion . Écraser la république, jeune et intolérante, de bombes allemandes, d’idéologie fascisante. Guernica. Anarchistes, communistes, républicains sincères, s’entretuant entre deux batailles contre l’ennemi, uni, de phalanges fascistes, conservateurs, catholiques sincères. 1939, le monde flambait, le voile noir du deuil tombait sur toi, Espagne. Silence. Un jour le Caudillo mourut, et par son successeur voulu, la démocratie revint. D’un Bourbon l’autre, ironie de l’histoire.
Cette déchirure est la mienne, brulent les châteaux d’Espagne, Donquichotte à jamais.

Publicités

Written by saiphilippe

8 février 2009 à 15 h 30 min

Publié dans Chronique

12 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Il n’y a pas que les châteaux d’Espagne qui brûlentOù sont passés les Don Quichotte des temps modernesDoit-on se tourner vers les pays scandinaves pour voir se geler toute réforme bien entaméeBizzzzz

    bibialien

    8 février 2009 at 15 h 37 min

  2. C’est clair il n’y a pas de chateauxen Espagne et encore moins qui brû^lent oh l

    °°°¤¤¤KIRDY

    8 février 2009 at 15 h 42 min

  3. grrr oh la la oui comme dit bibi ou sont passés les don quichotte??? bises kirdy

    °°°¤¤¤KIRDY

    8 février 2009 at 15 h 42 min

  4. oui grandeur et décadence de ce pays qui a découvert "les amériques" et en a importé des tonnes d’or et d’argent….Contribuant a batir le futur capitalisme européen dés le 16éme siécle…mais bon, ils sont bien revenus au top les espagnols!!!alors qu’ils se trainaient pour faire partie de la CEE ds les années 80….ils sont champions d’europe de foot 2008!!! les salauds!et nous!!! la risée de l’europe durant cet euro 2008!j’ai honte d’etre francais!!! ;-))on ne peut rire de TOUT! le foot est le seul domaine sérieux!mais meme les femmes s’y intéressent maintenant! mon dieu!!!parler foot ac une femme!je préfére encore parler économie ac laurence parisot! 😉

    lionel

    8 février 2009 at 16 h 22 min

  5. Assez stupéfiant, comme texte ! Sont-ce les émanations de tes origines ?

    Michel

    8 février 2009 at 16 h 24 min

  6. ben en fait, j’ai cherché à parler de moi… au travers de l’histoire Espagnole. mais je n’en ai nulle origine.

    Philippe

    8 février 2009 at 16 h 33 min

  7. Magnifique texte!Tout ces empires aux splendeurs passés, une croix dans la main et dans l’autre l’épée imposant leurs croyances aux plus profond des contrées, semant la mort à ceux qui résistaient.Je ne veux pas resumer ton texte à ça, mais je viens de l’autre côté de l’Atlantique. Bye

    Caiçara

    8 février 2009 at 17 h 14 min

  8. bonne semaine

    pascaline

    8 février 2009 at 17 h 32 min

  9. moi je retiens ceci : Cette déchirure est la mienne, brulent les châteaux d’Espagne, Donquichotte à jamais… et tout déchiré que tu puisses être , tu es bien trop intelligent pour te battre contre des moulins à vents !j’ai dit !lol

    jojo

    8 février 2009 at 18 h 19 min

  10. revisiter l’histoire avec toi , c’est un vrai bonheur !!! mais faire brûler des chateaux qui , somme toute , ne sont déjà que des chateaux de cartes , de bien jolis leurres , çà doit pas faire un feu du diable !!! beau texte comme toujours !

    Mimi pinson

    9 février 2009 at 9 h 39 min

  11. Pourrais-tu être plus précis quant a cette déchirure?

    Pascal

    9 février 2009 at 9 h 57 min

  12. El andalus, terre de rencontres, de métissages profonds, un carrefour culturel, fut remise, par l’Europe et le monde musulman, au rang d’une belle légende qu’aucun des deux mondes n’aurait réellement vécue. Je te remercie pour ce billet, qui m’a obligée a reviser l’histoire, mais aussi mon histoire, mes origines … c’est aussi l’intérêt du partage… Merci donc, de cette ouverture et de susciter chez moi de l’intérêt pour el-andalus… et les maures

    Ana

    20 février 2009 at 14 h 38 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :